699 Euros : HTC Vive baisse son prix de 200 Euros !

Category: 
699 Euros : HTC Vive baisse son prix de 200 Euros !
21 Août, 2017

Juste avant que le salon des jeux vidéo de Cologne Gamescon n'ouvre ses portes, HTC annonce que le prix du Vive baisse de 200 euros, espérant ainsi démocratiser (un peu plus) son dispositif de réalité virtuelle.

 

699 euros. C'est désormais le prix officiel européen du HTC Vive. Auparavant commercialisé 899 euros dans nos contrées, celui que nous considérons comme le meilleur dispositif de réalité virtuelle du moment n'était clairement pas à la portée de toutes les bourses. Un fait que reconnait Paul Brown, Directeur Général de HTC Europe avec lequel nous nous sommes entretenus et qui souhaite que cela change.

Avec 200 euros de moins sur l'étiquette du Vive, M. Brown espère que les curieux se laisseront tenter et que le casque VR s'installera, progressivement, dans de nombreux foyers européens. Car, le constructeur HTC ne s'en cache pas, il a de grosses attentes en matière de ventes sur fin 2017/début 2018 sur le Vieux Continent. Surtout que plusieurs accessoires ne devraient pas tarder à être lancés officiellement sur le marché, notamment le Vive Tracker ou encore un dispositif de transmission sans-fil, pour s'affranchir du principal câble de la bête.

 

Bref, l'écosystème matériel s'enrichit et le prix baisse : qu'est-ce qui vous empêche de craquer ? Le besoin d'avoir un PC puissant et le manque de contenus ? Dans le premier cas, difficile de vous donner tort. Mais, en ce qui concerne les jeux et expériences, HTC a des arguments pour vous convaincre.

 

Un peu de contenu offert

Dorénavant, le Vive sera livré avec certaines « expériences » (Google's Tilt Brush, Everest VR et Richie's Plank Experience). En outre, pendant un mois et sous réserve de souscrire à l'abonnement mensuel, les nouveaux acquéreurs du dispositif VR ont accès gratuitement au Viveport, le portail de contenus VR de HTC. Les joueurs peuvent donc télécharger et essayer jusqu'à 5 jeux/expériences du portail clairement identifiées comme faisant partie de l'offre pendant ce premier mois. A cela s'ajoutent « les 3600 titres ou expériences cumulées entre Viveport et Steam » rappelle M. Brown.

HTC compte enfin sur l'arrivée imminente de titres VR dits AAA comme Doom VR ou Fallout 4 VR (Bethesda) pour attirer les joueurs encore réfractaires dans ses filets. Vous ne craquez toujours pas ?

 

Toujours plus onéreux que ses concurrents

Serait-ce parce que le casque HTC Vive, malgré sa baisse de prix, reste le plus cher du marché ? Oui, vous avez raison. Actuellement, l'Oculus Rift et ses deux manettes (plus 6 jeux offerts) sont commercialisés 449 euros (contre 569 normalement) et le PSVR de Sony + la PlayStation Camera + les manettes Move reviennent à 550 euros environ. La VR continue d'avoir un coût important, peu importe la solution choisie, et a encore beaucoup de chemin à parcourir pour s'imposer.

 

La réalité virtuelle est encore jeune

Lors de notre passage au Computex, nous avions été surpris de constater que la VR était assez discrète. Pourtant, c'est l'un des arguments technologiques sans cesse remis sur le tapis par l'industrie du PC (et des jeux vidéo) quand il s'agit de vanter les mérites d'un composant ou d'un PC.

Evoquant ce constat avec Paul Brown, ce dernier estime, effectivement, que la VR est encore jeune (16 à 18 mois d'existence véritable selon lui) et n'a pas encore rencontré le succès mérité.

Toujours selon lui, cela pourrait encore prendre quelques années pour qu'elle s'installe définitivement. Sans doute le temps que les PC requis pour faire tourner les jeux VR ne soient plus des monstres de guerre absolus.

 

En outre, M. Brown espère que le support du Vive par macOS via l'utilisation d'une carte graphique externe va ouvrir de nouvelles portes au casque. Sans oublier que de plus en plus de partenariats entre HTC et certains acteurs sont, selon lui, en train de voir le jour ou, à défaut, en passe d'être conclus. Ce qui devrait donner un bon coup d'accélérateur au Vive et, plus généralement à la VR.

Enfin M. Brown rappelle que si le grand public a du mal à adopter les casques, certains développeurs de logiciels et de grands noms de l'industrie automobile, médicale ou spatiale s'en sont vite emparés car ils leur permettent de travailler, concevoir et imaginer autrement.

A voir aussi

VRrOOm Wechat