Test et impressions: le Lenovo Mirage Solo

Category: 
Test et impressions: le Lenovo Mirage Solo
16 Mars, 2018

Des deux fabricants ayant souhaité produire des casques Daydream (basés sur la plateforme de Google et utilisant le contrôleur du même nom), il ne reste désormais que Lenovo. Nous avons testé le Mirage Solo de Lenovo et nous avons été agréablement surpris.

 

Design et finition

Il m’a suffi d’enfiler le casque et c’était parti ! Le démarrage du Mirage Solo est rapide, et tout est facile à mettre en place. Je regarde autour du moi, et me retrouve dans l’écran d’accueil Daydream. Je me suis saisi du contrôleur et j’ai pu choisir parmi les expériences de réalité virtuelle proposées. Mon choix s’est porté sur Blade Runner 2049, étant féru de son ambiance cyberpunk.

 

J’avais des attentes plutôt modestes. Je m’attendais à une expérience similaire à celle d’un Pixel en mode Daydream. Mais j’avais tort : les lunettes VR autonomes offrent une image très nette. L’effet écran est présent, mais pas aussi pénible que ce qu’on aurait pu attendre. Quant aux performances du système, elles sont assurées par la présence d’un Snapdragon 835.

 

Le Mirage Solo capture les mouvements en six dimensions. Je ne suis pas donc limité à regarder autour de moi : je peux également faire un pas ou deux sur le côté, ou me baisser. Je peux bouger dans un rayon d’un mètre et demi (à condition que la pièce soit dégagée !). Si je vais trop loin, le champ de vision s’obscurcit et je dois revenir en arrière. Durant ce bref essai, le système de suivi de Google (appelé WorldSense) a fait un excellent travail.

 

En revanche, le contrôleur m’a beaucoup moins convaincu. Il n’est pas très précis, et ne détecte que le pointage et non les mouvements.

Le Mirage Solo regarde vers un avenir radieux. © AndroidPIT by Irina Efremova

 

Mon intermède Blade Runner a été court, et je n’ai pas vraiment eu le temps d’essayer réellement l’appareil. Le casque m’a paru confortable, mais un peu trop encombrant : impossible d’oublier que je l’avais sur le crâne, ce qui est un peu gênant pour l’immersion. Cet encombrement peut sembler logique sachant que toute la technologie est à l’intérieur du casque, de l’écran au chipset en passant par la batterie.

 

Ce test n’aura pas permis de déterminer totalement la qualité du casque. Nous savons d’expérience que les environnements sombres donnent généralement un bon effet dans les casques de réalité virtuelle, indépendamment de la qualité de l’affichage. Bien sûr, Blade Runner montrait des environnements plutôt sombres. Quant à la durée de vie de la batterie, nous n’avons eu aucun moyen d’en juger, et le constructeur n’a pas donné de détails à ce sujet pour le moment.

 

La date de sortie du Mirage Solo n’a pas encore été communiqué. Quant au prix, Lenovo nous a donné une ligne directrice : le casque coûtera moins de 400 dollars. Les prix en France devraient aller de 400 à 450 euros, mais nous ne connaîtrons les détails exacts que lorsque le prix officiel sera publié par Lenovo.

 

Lenovo Mirage Solo : les données techniques en un coup d’œil

PROCESSEUR : Snapdragon 835

ECRANQ : HD 2560 x 1440 pixels

RAM : 4 Go

MÉMOIRE INTERNE : 64 Go

SYSTÈME : Android avec Daydream (sous Android 7)

POIDS : 645 grammes

BATTERIE: 4000 mAh

TRACKING: 6 DOF Headset (WorldSense),3 DOF Controller

SICHTFELD : 110 Grad

 

Le Lenovo Mirage a de la concurrence

A ce stade, Nous pouvons nous autoriser un coup d’œil rapide à la concurrence. A la MWC, j’ai eu l’occasion d’essayer le Vive Focus. Ces lunettes VR autonomes m’ont laissé une bonne impression, mais je n’ai pu que regarder une vidéo à 360 degrés. Dans l’ensemble, les lunettes Lenovo VR m’ont semblé plus confortables. Quant à la qualité de l’écran, difficile de se prononcer en raison de la différence entre les contenus testés..

 

D’autre part, Oculus souhaite mettre sur le marché une nouvelle solution VR d’entrée de gamme avec l’Oculus Go. Le Go devrait être clairement inférieur au Mirage Solo. La question clé, c’est de savoir si les développeurs d’applications exploiteront les spécificités de l’appareil pour créer des expériences intéressantes. Oculus a cependant un atout de taille à venir. Si le Projet Santa Cruz du constructeur ne verra le jour qu’en 2019, il devrait clore les débats en permettant le suivi complet du mouvement dans six directions.

 

Compte tenu de la concurrence, je reste sur l’impression que le Mirage Solo peut représenter un bon rapport qualité/prix

 

Verdict final

Cela fait un moment que nous parlons de lunettes VR autonomes, mais ce n’est que récemment qu’elles ont été mises sur le marché. Lenovo a montré au MWC que son produit avait tous les atouts pour se faire une place sur ce secteur. Le suivi est fiable, tandis que la résolution d’affichage et les performances semblent assez bonnes pour les jeux en réalité virtuelle. Le Mirage Solo a dépassé mes attentes.

 

Basé sur la plateforme Daydream de Google, le Mirage Solo semble bien parti. Mais qu’en sera-t-il des éventuels problèmes thermiques ? Combien de temps durera la batterie ? Le contrôleur Daydream sera-t-il suffisant sur le long terme ? Malgré toutes ces interrogations, le Mirage Solo semble avoir une vraie chance.

A voir aussi

VRrOOm Wechat