Visite de Rouen sur les traces des Pokémons

Category: 
Visite de Rouen sur les traces des Pokémons
18 Septembre, 2017
La jeune guide Célestine n’a pas lâché son compagnon Pikachu

    Chasse. Une petite visite historique de Rouen à la poursuite des Pokémons était proposée, hier, par deux étudiantes passionnées d’histoire.

     

    Les Journées européennes du Patrimoine peuvent être un joli prétexte pour s’amuser tout en apprenant des choses. C’est ce que proposaient, hier, Célestine Tourtet et Anaïs Langeard Bortolussi, avec leur Pokétour. À savoir : visiter la ville tout en chassant les Pokémons, en réalité augmentée sur l’application mobile Pokémon Go. Deux balades étaient prévues pour l’occasion, une matinale et l’autre l’après-midi. Bien évidemment, elles n’étaient pas uniquement réservées qu’aux petits, les ados et adultes étaient aussi les bienvenus.

     

    « C’est un jeu qui rassemble », souligne Célestine, qui est née l’année de la création de ces personnages, en 1996. Première arrivée le matin devant l’église Saint-Maclou - lieu du rendez-vous -, Aurélie partage l’enthousiasme de ses deux enfants : « Si je leur vends l’idée de visiter des églises aujourd’hui, ça marche moins bien, je ne sais pas pourquoi mais je sens que ça va être moins attrayant ! », plaisante-t-elle d’ailleurs. Avant de complimenter les deux guides sur leur initiative : « C’est une très bonne idée de jouer aux Pokémons avec les enfants ».

     

    De « Pokéstop » en « Pokéstop », le petit groupe de visiteurs s’est pris ainsi au jeu en écoutant attentivement les petits rappels historiques sur telle rue, telle statue, ou telle place, tout au long du parcours concocté par nos deux étudiantes joueuses et passionnées d’histoire.

     

    Balade instructive

    Dans le cadre de leur Master, elles sont en effet passées par le Musée des Beaux-Arts de Rouen en tant que médiatrices. C’est donc avec un malin plaisir qu’elles ont emporté leur monde de la place Barthélémy jusqu’au quartier Beauvoisine en passant par la rue Damiette, rue Eau-de-Robec, le jardin de l’Hôtel-de-Ville, la chapelle Corneille, puis la place de la Rougemare. Une sympathique balade dominicale ludique et instructive.

     

    Mordues du Pokémon Go depuis son lancement, Célestine et Anaïs se sont relayées au fil des arrêts avec une certaine complicité pour expliquer les lieux et n’ont pas eu de mal à capter l’attention de la jeune assistance. Comme Ilane, 9 ans : « C’est bien, on nous a montré des quartiers que je ne connaissais pas avant », livre-t-il à l’issue de la promenade.

     

    Si ce fut une belle découverte pour le public, Célestine - qui n’a pas lâché du parcours son Pikachu de ses bras - et Anaïs ont vécu pour leur part une belle expérience de guide grâce à la Métropole.

    A voir aussi

    VRrOOm Wechat