Tournai : le fondateur de Virtual Cabs a un projet fou

Category: 
Tournai : le fondateur de Virtual Cabs a un projet fou
24 Juillet, 2017
Frédéric Verbaert, le fondateur de Virtual Cabs. - © Denis Vanderbrugge

 

Casque sur les yeux, Lucas s’époumone dans une petite cabine du centre Virtual Cabs. Il saute, s’abaisse, esquive et ramasse des objets qu’il est le seul à voir. Du monde réel, le joueur ne perçoit plus rien. Il est complètement immergé dans un jeu vidéo à la sauce " Matrix " avec pour mission d’éliminer ses ennemis virtuels.

 

Une immersion totale dans le jeu vidéo, c’est ce que propose Virtual Cabs à Tournai. Ouvert depuis janvier, il se revendique comme le premier centre de réalité virtuelle en Belgique. Un espace unique qui fait sortir l’amateur de jeu vidéo de son canapé.

 

" Ça fait un bon moment que l’on s’intéresse à la réalité virtuelle, explique Frédéric Verbaert, fondateur de Virtual Cabs avec son frère Jean-Louis. On s’est rendu compte que cette technologie restait très chère et qu’elle nécessitait un espace important. On a donc décidé d’investir là-dedans pour créer un nouveau divertissement. Mais l’objectif est aussi d’offrir un accès au grand public à une technologie qui en vaut la peine."

 

Derrière les portes de Virtual Cabs, on retrouve quatre cabines d’une quinzaine de mètres carrés. Des espaces dans lesquels les joueurs peuvent évoluer casque sur les yeux, sans crainte de se cogner sur les murs blancs. Les jeux ont en effet été adaptés à l’espace, de façon à ce que les limites de la cabine apparaissent aussi dans le monde virtuel.

 

Pas que pour les amateurs de jeux vidéos

Le centre de réalité virtuelle propose de s'immerger dans différents univers. La pratique n'est donc pas uniquement réservée aux passionnés de jeux vidéos. "On peut par exemple vous proposer une visite des fonds marins, explique Frédéric Verbaert. Vous incarnez alors un scaphandrier en plein océan. Un jeu vous permet aussi de gravir l'Everest. On a même un programme d'art où les personnes vont pouvoir peindre ou sculpter en trois dimensions. C'est très varié."

 

Côté matériel, le centre de réalité virtuelle a investi dans des ordinateurs puissant que le joueur porte comme un sac à dos. Chaque ordinateur est relié à un casque vidéo et audio. Un équipement encombrant mais qui permet quand même une liberté de mouvement.

 

Mais Frédéric pense déjà au coup suivant. Dans un coin de sa tête le créateur a un projet un peu fou. "On aimerait créer un centre de réalité virtuelle dans un espace plus important, de plusieurs milliers de mètres carrés, détaille-t-il. Cela permettrait d'aller plus loin dans l'expérience de réalité virtuelle. Avec une technologie plus avancée."

A voir aussi

VRrOOm Wechat