Test Thumper sur PSVR: Violent, fulgurant, hypnotisant

Category: 
Test Thumper sur PSVR: Violent, fulgurant, hypnotisant
16 Novembre, 2016

Thumper fait partie de ces jeux qui occupe votre esprit longtemps après que vous les ayez terminés. Il s'agit en réalité d'un jeu d'horreur déguisé en jeu de rythme, et plus grossièrement d'un voyage fulgurant à travers un enfer visuel rempli d'entités cosmiques originales, rythmé par une partition orchestrale absolument sinistre. Sa prise en main nécessitant l'usage d'un seul et unique bouton le rend à la fois accessible tout en vous permettant d'effectuer une tonne de manœuvres basées sur votre précision, et tout cela s'exécute avec une brutalité physique et une vitesse qui offrent une violence exaltante à chacune de vos actions.

Thumper fait beaucoup avec très peu, ce qui le rend facile d'accès mais aussi difficile à maîtriser. Cette combinaison séduisante vous demande de nombreux essais, et cela est principalement dû à la manière dont son gameplay basé sur le rythme se nuance au fil de l'aventure. Le premier niveau vous expose avec clarté les mécaniques de jeu les plus élémentaires, et jette par la même occasion les bases qui vous seront bien utiles lorsque les choses se compliqueront progressivement durant les neuf étapes que compte le titre.

Si vous utilisez une manette Dualshock 4, il vous suffit d'appuyer sur X pour que votre petite coccinelle spatiale chromée frappe les rectangles fluorescents placés sur la piste, espacés selon des intervalles très spécifiques afin que vous saisissiez le bon rythme pour les toucher plus facilement. Maintenir X vous permet d’accélérer et de traverser de dangereuses barres rouges, qui produisent un cliquetis satisfaisant lorsque vous les "détruisez", et le stick analogique gauche vous permet quant à lui d'éviter les obstacles. Ces derniers émettent d'ailleurs un son bien distinct peu de temps avant qu'ils apparaissent, et cela vous permet d'anticiper. Le fait que certains obstacles apparaissent parfois au dernier moment rend chaque course toujours plus trépidante, et ces indices sonores se révèlent fort utiles.

Si vous ratez des embranchements ou foncez droit dans ces obstacles bien visibles, le bouclier de votre petite coccinelle se brise dans un assourdissant fracas d'étincelles métalliques qui remplissent bien souvent l'écran, vous empêchant par la même occasion de prévoir la suite des évènements. Au bout de deux crashs vous êtes mort, mais la fréquence des checkpoints dans chacun des niveaux proposés rend cette quantité de vie plutôt généreuse au demeurant. Même si cela ne s'est pas produit souvent, il m'est arrivé d'aller si vite sur la piste qu'il m'était alors impossible d'obtenir des indications au sujet des obstacles qui se présentaient à moi, et le premier crash était inévitablement suivi d'un second à cause de l'illisibilité de l'action à l'écran. C'était plutôt énervant lorsque ça se produisait, mais je peux difficilement nier le plaisir ressenti face à la brutalité visuelle dévastatrice de Thumper - une qualité qui est cependant bien plus flagrante lorsque vous réalisez des virages au tout dernier moment, ou apprenez à asséner des ondes de choc pour obtenir des bonus.

La vraie satisfaction provient sans conteste du fait d'exécuter avec succès chaque pulsation d'une séquence

Thumper est rempli de ces mécaniques de jeu très nuancées, qui rendent l'usage d'un simple bouton beaucoup plus sophistiquée qu'elle ne le semblait au premier abord. Pour les virages, vous pouvez maintenir X aussi longtemps que vous le souhaitez lorsque vous suivez leur courbe, mais pointer le stick analogique vers la droite ou la gauche au bon moment vous permet d'obtenir des points bonus pour un « virage parfait ». Et si rater une courbe stoppera inévitablement votre vol, réussir un virage parfait vous permettra de récupérer des anneaux autrement inaccessibles. Et la liste est encore longue !

Vous n'avez pas besoin de savoir tout ça pour terminer le jeu, et c'est ce qui rend par conséquent Thumper accessible à tout type de joueur sans avoir besoin de recourir à un niveau de difficulté ajustable. Ainsi, faire le strict minimum et éviter les obstacles les plus dangereux vous permettra de traverser victorieusement les 9 niveaux qui composent le jeu, mais si vous souhaitez vous améliorer et évoluer jusqu'au rang S (le jeu comporte les rangs C,B,A et S), il vous faudra en apprendre toutes les subtilités. Cela renforce grandement son potentiel de rejouabilité, et même après avoir traversé différents niveaux pour la troisième ou quatrième fois, je continue de découvrir de nouvelles approches pour améliorer mon score sur chaque piste. Il est bien agréable de voir mon pseudo gravir les échelons du classement mondial (évidemment plutôt désert à l'heure actuelle), mais la vraie satisfaction provient sans conteste du fait d'exécuter avec succès chaque pulsation d'une séquence afin de pouvoir apprécier la façon dont mes mouvements correspondent parfaitement au rythme de la musique.

En tant que jeu de rythme, Thumper est essentiellement basé sur la musique, mais ce sont bien certains bruits consécutifs à vos actions qui rendent cette expérience audio aussi captivante. Toute action dans Thumper dispose d'une signature sonore évidente qui vient souligner vos exploits : un bruit sourd et profond lorsque vous frappez avec succès les pulsations défilant à l'écran, un grincement éclatant lorsque vous réalisez un virage parfait, ou encore un cliquetis de plus en plus aigu pour chaque barre rouge que vous détruisez.

Les choses sérieuses commencent réellement après le premier niveau (faisant office de gros tutoriel) et les mécaniques de jeu vous permettant de sauter au dessus de pics hérissés, voler pour récolter des anneaux ou encore changer de piste sont introduites (celles-ci ne dérogent pas à la règle et se réalisent avec une combinaison simple de la touche X et du stick analogique gauche). Les indices sonores que nous avons abordés précédemment deviennent par la même occasion bien plus que de simples signaux faisant office de récompense après un bel enchaînement - ils deviennent même nécessaires au rythme général. Dans ce contexte musical qui mêle percussions guerrières, sonorités industrielles et grandes envolées orchestrales, les bruits sourds, cliquetis et grincements résultant de mes actions à l'écran jalonnent la partition, la renforcent et créent une certaine unité mélodique. Lors de ses passages les plus véloces et intenses, j'avais le sentiment que Thumper parvenait à émuler la satisfaction que l'on peut éprouver en jouant d'un instrument, tandis que je frappais et retenais les notes au rythme de sa musique envoûtante.

Le degré d'intensité et de précision bat tous les records durant les combats de boss de Thumper, aussi stimulants que visuellement éblouissants. A ce propos, la plupart des 9 niveaux possèdent un mini-boss et un boss final récurrent, sorte de crâne rouge en feu qui devient de plus en plus affreux et déformé à chaque fois qu'il adopte une nouvelle apparence - et celui est tout simplement énorme avec la VR. A bien des égards, Thumper tient beaucoup du jeu d'horreur.

Pour combattre les boss, vous devez frapper parfaitement des séquences se révélant de plus en plus complexes et s'apparentant finalement à des enchaînements de coups de poing adoptant des teintes vertes et rouges qui éclatent sur la piste avant qu'un énorme coup de poing fluorescent envoie une vague d'énergie dévastatrice sur l'ennemi. Rater un seul coup vous oblige à poursuivre votre enchaînement sans pouvoir bénéficier de l'attaque finale, et la boucle se réinitialise pour que vous puissiez retenter votre chance. Être puni par la répétition s'avère être un bon compromis, puisque cela vous permet de mémoriser et travailler la séquence même lorsque vous échouez.

Les boss mangent les pissenlits par la racine après 4 coups critiques, mais la complexité des séquences débouchant sur ces mêmes coups augmente à chaque niveau. Voir le boss exploser dans un déluge d'os, d'acier et de je ne sais quoi d'autre représente finalement une récompense honnête suite aux efforts consentis.

Les différents boss de Thumper sont aussi le point culminant de son étrange imagerie, allant des formes cosmiques et géométriques massives qui battent au rythme de la musique aux sombres démons aquatiques. Le boss le plus effrayant que j'ai affronté était un être éthéré s'apparentant à un improbable croisement entre une méduse un mille-pattes. Son imposante taille et ses mouvements semblables à ceux d'une anguille dominaient complètement mon champ de vision tandis que la créature semblait flotter et s'étirer au loin, et cela constituait sans conteste l'une des pires monstruosités que j'ai eu l'occasion d'admirer en VR. J'ai aussi combattu une étoile de mer diabolique qui semblait composée de galaxies et - mon autre coup de cœur - une machine intimidante et massive qui filait le long de la piste, effectuant des courbes avec une agilité déconcertante et fonçant à travers les airs dans d'improbables tunnels.

Vous avez parfois l'impression d'avoir atteint les limites de l'univers et de voir des choses que vous ne devriez pas voir.

Ce mélange de matériaux métalliques (comme le chrome et l'acier) et de matières organiques se tortillant (comme ces horribles tentacules qui ornent bien souvent la piste) transforme ce jeu en une sorte de cauchemar horreur-techno unique en son genre. Si je devais comparer les tunnels de lumière de Thumper et ses arrières-plans tourbillonnants, sa plus proche cousine serait sans aucun doute la scène de distorsion tirée de 2001 : L'Odyssée de l'Espace. En visitant les mondes étranges de Thumper, vous avez parfois l'impression d'avoir atteint les limites de l'univers et de voir des choses que vous ne devriez pas voir. Le voile de mystère pesant sur ce monde sidérant est décuplé par l'utilisation de la VR, et vous pouvez balader librement votre regard pour apprécier une effusion de couleurs éclatant au loin, ou jaillissant de la piste.

Le jeu souffre malheureusement d'un manque de variété visuelle certain lorsqu'il s'agit distinguer les différents niveaux sans évoquer la vitesse ou les mécaniques de jeu, et de petits problèmes d'animation (comme ces tentacules qui surplombent la piste ou l'intérieur d'un tunnel au look sci-fi qui disparaissent beaucoup trop rapidement de votre champ de vision). Tout parait encore plus grand, impressionnant et bizarre avec la VR, et il aurait été judicieux de pouvoir regarder en arrière afin de voir disparaître lentement ces imposantes formes, et ainsi avoir l'illusion de plonger dans les abysses plutôt que cette sensation de chute libre. En réalité, j'ai rarement eu l'occasion de scruter en détail ces environnements durant les moments proposant une action soutenue, puisque les évènements se déroulant droit devant moi se montraient bien assez explosifs pour monopoliser mon attention. Sachez cependant que chaque niveau contient quelques interludes bienvenus qui me permettaient de souffler entre deux phases d'action survoltées et m'offraient la chance d'admirer les étrangetés qui m'entouraient sans risquer le crash.

VERDICT

La brutalité de Thumper, sa vitesse vertigineuse et ses mécaniques empruntées au jeu de rythme ont su me captiver au fil de ses neuf niveaux prenant des allures de cauchemars et disposant d'une rejouabilité certaine grâce à leurs mécaniques nuancées qui vous encouragent sans cesse à améliorer votre score. Maîtriser réellement les différents mécanismes rythmiques vous demandera bien plus de temps que les 10 heures nécessaires pour le compléter une première fois - et c'est un défi que j'accepte avec plaisir.

Les affrontements vous opposant à des boss franchement menaçants parviennent à rester intéressants, en dépit de leur structure relativement linéaire et d'un aspect cosmico-horrifique qui se montre aussi fascinant que terrifiant et vous pousse à multiplier les sessions de jeu. Finalement, c'est bien la musique et les différents sons de Thumper qui ont réussi à m'envoûter, et je replongerai très bientôt dans cet abîme terrifiant.

A voir aussi

VRrOOm Wechat