Test: Eagle flight d'Ubisoft

Category: 
Test: Eagle flight d'Ubisoft
19 Octobre, 2016

Eagle Flight : Un casque de réalité virtuelle et nous voilà dans la peau d'un aigle volant dans un Paris du futur, vidé de toute humanité. Ubisoft a-t-il réussi son premier jeu en VR ?
 
Ubisoft aime les nouvelles technologies et la réalité virtuelle n'a pas échappé à l'éditeur français qui a déjà plusieurs titres en préparation, dont Star Trek: Bridge Crew et Eagle Flight dont nous allons parler aujourd'hui. Ce jeu offre le plaisir de pouvoir incarner - en vue à la première personne - un aigle et de voler au-dessus d'un Paris du futur complètement vidé des êtres humains qui ont disparu de notre terre.
 
Destiné uniquement à être joué en réalité virtuelle, Eagle Flight est donc pensé pour offrir aux joueurs de nouvelles sensations dues à l'immersion. Si voler en soi est déjà magique, il fallait cependant trouver de quoi rendre cette expérience ludique et en faire un vrai jeu et, pour cela, il fallait d'abord créer un univers et une histoire. 
 
Nous y incarnons donc un bel aigle à partir du jour de sa naissance et vivons ensuite ses premiers envols, son apprentissage de la chasse, ses premiers ébats amoureux, la création de sa famille, ses combats pour conquérir la ville. Bien sûr, ce scénario n'est que prétexte à enchaîner les différents défis et courses, mais la narration est agréable et se laisse écouter. Certes, les plus tatillons verront dans la faculté de l'aigle - ainsi que certains de ses oiseaux ennemis - à pouvoir tirer des ondes ioniques et de se protéger via un bouclier d'énergie, un illogisme flagrant, mais au diable la logique quand cela amène du plaisir de jeu. 
 
La ville de Paris - simplifiée - est partagée en cinq quartiers : Notre-Dame, le Louvre, le Sacré-Cœur, le Panthéon et la tour Eiffel. Notre bonne vieille capitale va alors servir d'aire de jeu à notre aigle en solo, via trois modes : HistoireVol Libre et Apprentissage. Le multijoueur, lui, ne propose qu'un Capture la proie, qui peut se jouer jusqu'en 3v3.  

Dans le mode Vol Libre, il est possible de voler sans plus de contraintes que le plaisir de le faire. Idéal pour se détendre et faire connaissance des moindres recoins de la ville. Dans Histoire, outre le tutoriel offert par le modeApprentissageil faut passer vingt-trois niveaux, répartis en cinq chapitres, avec comme objectif de prendre possession du meilleur nid de la ville. Chaque niveau terminé fait gagner des étoiles (jusqu'à trois) qui permettent de débloquer les suivants ainsi que de nombreux niveaux défis. Faire carton plein d'étoiles sera d'ailleurs le challenge ultime à relever et il ne sera pas facile. Le mode multijoueur, comme dit plus haut, propose à jusqu'à six joueurs de s'affronter en attrapant une proie et en essayant de la ramener au nid sans se faire tuer par les aigles adverses ou s'écraser en voulant éviter leurs attaques.
 
En pratique, une fois le casque de réalité virtuelle sur les yeux, nous démarrons dans un nid perché sur l'un des monuments, prêt à décoller et l'impression de hauteur est là. Il se pourrait même que ceux qui sont sensibles au vertige soient, dans un premier temps au moins, un peu impressionnés. Ensuite, il faut appuyer sur le bouton pour plonger dans le vide et prendre son envol. L'aigle se contrôle alors avec la tête, ce qui augmente fortement l'immersion. Regarder vers le haut ou le bas fait monter ou descendre l'oiseau et pencher la tête vers la gauche ou la droite, le fait tourner dans le sens choisi.
 
À ce sujet, nous vous conseillons de jouer assis sur un fauteuil - ou un tabouret - qui pivote sur lui-même. Grâce à cette astuce, il n'y a plus besoin de pencher la tête pour tourner, mais juste de regarder dans la direction voulue et pivoter son assise en fonction. Croyez-nous, c'est bien plus efficace et moins fatigant pour le cou. La manette, elle, permet de gérer la vitesse de vol, les tirs et le bouclier. Jouer ainsi est intuitif et il ne faut pas bien longtemps pour maîtriser le vol de l'aigle. Le jeu est d'ailleurs parfaitement fluide, la réaction de notre oiseau par rapport à nos déplacements de tête est excellente et la gestion des collisions ne nous a donné aucun souci. Bref, la réalisation technique nous a semblé sans faille.
 
Voler dans les airs est un rêve qu'Eagle Flight permet de réaliser et c'est un de ses points forts. D'ailleurs, il est à noter que dans ce jeu, il y a deux plaisirs contrastés : celui du calme et de la sérénité offerts par le mode Vol libre - ou la recherche des objets à collectionner dans le mode Histoire - et le stress engendré par les défis qui demandent beaucoup d'attention et d'adresse pour être réussis à fond. En effet, il faut être clair, le côté gentillet du jeu est une façade et cache un piège pour ceux qui aiment le scoring et améliorer leur record personnel essai après essai. D'ailleurs, il faut accorder une mention spéciale aux niveaux souterrains qui offrent, globalement, une difficulté plus élevée que ceux en extérieur, avec un tracé rempli de raccourcis plus tordus les uns que les autres et incontournables pour arriver à établir un temps apte à ramener le trio d'étoiles désiré.
 
Notez que, dans ces derniers, un modeGhost, permettant de jouer tout en se comparant avec les autres joueurs est disponible. Parfait pour évoluer et se mettre la pression, c'est juste dommage qu'il ne soit pas possible de courir contre son propre fantôme.  

A voir aussi

VRrOOm Wechat