Futuroscope : vivez l'attraction VR en avant-première

Category: 
Futuroscope : vivez l'attraction VR en avant-première
Loading Video...

Immersion à 360°, effets et réalité virtuelle, modélisation des mains… La prochaine attraction du Futuroscope sera une première mondiale dans son genre.

 

Si vous avez le mal des transports, la prochaine attraction du Futuroscope, Sébastien Loeb racing Xpérience, ne sera pas pour vous ! Le pilote alsacien, neuf fois champion du monde des rallyes WRC, a prêté ses talents, au volant de sa 208 WRX de 580 chevaux, pour embarquer une caméra 360°.

Nous avions suivi une partie du tournage dans les Vosges et en Alsace, fin juin 2017 (journal du 15 novembre 2017), avec l’équipe de production FrayMedia.

“ C’est extrêmement immersif, on perd totalement ses repères ”Moins d’un an, de postproductions en effets spéciaux plus tard, le film est prêt. Et les vingt artisans mettent actuellement les bouchées doubles pour que les peintures de l’attraction, installée en lieu et place du 8e continent, soient sèches à temps.

Nous avons pu la visiter cette semaine, en avant-première, avec Rémi Codron, chef de projet du Futuroscope. Selon le parc d’attraction poitevin, la combinaison d’un simulateur dernière génération (issu de la technologie aéronautique), d’un casque de réalité virtuelle 5D permettant de voir à 360°, des effets (vent, odeurs, herbes fouettant les jambes…), des images en 6K et d’un son spatialisé constitue une première mondiale. D’autant qu’il y aura un total de 108 simulateurs à projeter simultanément les 2’50 du film.

Vous serez le copilote de Sébastien Loeb

Une fois la vaste file d’attente (700 m2 de préshow) passée (avec trophées de Sébastien Loeb, statue de cire prêtée par le musée Grévin, fac-similé de la 208 WRX…), les visiteurs patienteront dans une salle de briefing. Deux fois 54 copilotes à former en quelques minutes : « L’opératrice leur expliquera qu’un virus s’est propagé en Alsace et qu’on a besoin de le ramener le plus rapidement possible en laboratoire pour trouver l’antidote. Le pilote le plus rapide, c’est évidemment Sébastien Loeb. Le copilote sera chargé de tenir la fiole sans la renverser… », indique Rémi Codron.

A fond pendant 2’50

Dans la salle de projection, les 108 simulateurs installés sur six axes sont déjà prêts avec leurs sièges Sparco XL. Un capteur envoi des faisceaux infrarouge pour localiser la tête du copilote. « Une fois le casque de réalité virtuelle HTC installé, on peut bouger la tête à 360°. Votre propre main est modélisée. Vous pouvez essayer de toucher Sébastien Loeb !, affirme Rémi Codron qui a eu la chance de pouvoir participer aux premiers tests, sans les effets, dès la mi-mars. C’est extrêmement immersif. Le simulateur bouge beaucoup avec des amplitudes importantes mais il n’y a pas d’à-coup, c’est hyperfluide. Honnêtement, au bout de 2’50, on oublie qu’on est rentré dans une salle, on perd totalement ses repères. Il va y avoir une période de rodage. Mais pour les visiteurs qui veulent tester la VR, nous sommes au maximum de la technologie actuelle. »

Interdit aux cardiaques

Selon le chef de projet, le rendu est si saisissant qu’un risque existe de vouloir se lever en oubliant qu’on a toujours un casque sur la tête. « Des sécurités ont été mises en place. Si un spectateur enlève son casque, il pourra toujours le voir le film en projection sur deux écrans dans la salle. Et s’il décide de se lever, un capteur interrompt automatiquement le simulateur pour une série de six sièges. »

Il y aura des restrictions d’accès comparables aux attractions « sportives » déjà existantes au Futuroscope : accessible à partir d’1,20 m., la Sébastien Loeb racing Xpérience sera interdite aux personnes cardiaques, aux femmes enceintes et aux personnes souffrant… du mal des transports ! Ce n’est pas une blague.

Une attraction à 6,5 millions d’euros

L’inauguration aura lieu en présence de Sébastien Loeb et de sa voiture le 24 mars. Elle sera ensuite ouverte au public à partir du 7 avril. Le Futuroscope espère assurer une projection toutes les dix minutes pour atteindre les 650 visiteurs à l’heure. L’attraction aura coûté 6,5 millions d’euros (1 million financé par le département) dont plus de 2 millions pour les seuls simulateurs.

Retrouvez notre vidéo sur www.lanouvellerepublique.fr et www.centre-presse.fr

A voir aussi

VRrOOm Wechat