Déraciné, histoire de fantômes en VR (gameplay)

Category: 
Déraciné, histoire de fantômes en VR (gameplay)
14 Janvier, 2019
Hey petite ? Pourquoi tu ne dors pas ? Tu veux lire le test de Déraciné ?

 

Test réalisé à partir d’une version commerciale fournie par Sony. Vidéo maison, captures d’écran éditeur.

 

Déraciné est le dernier titre de From Software, les petits gars derrière Dark Souls et Bloodborne… Rien que cela ! Du coup, ce Déraciné m’avait pas mal intrigué, même si je n’avais pas forcément envie de l’acheter à cause de la montagne de jeux que j’ai à terminer et à tester. Et c’est là que Sony est intervenu en me permettant de tester celui-ci ! Donc au final, se mettre dans la peau d’un fantôme, ça donne quoi ?

Un jeu avant tout narratif

Fini les monstres de tous les côtés ultra dur à tuer, place à la poésie et à la narration. Déraciné est un jeu contemplatif, vous proposant quelques énigmes et phases d’explorations à un rythme posé (pour ne pas dire lent). Le jeu nous conte les différences de perception entre les esprits, la vie et la mort. En tant qu’esprit, vous “n’existez” donc pas dans ce monde, jusqu’à ce que Yuliya vous remarque après que vous ayiez fait fleurir sa fleur (phase que je n’ai d’ailleurs pas trouvé très ergonomique et qui m’a bloqué durant plusieurs heures dans cette salle de prière… Mais j’y reviendrais plus tard).

Les effets de particules et les textures des objets sont bien retranscrits.

 

Le jeu fait la part belle aux différents effets de lumière et de fumée, avec des disparitions “magiques” faisant bien évidemment écho au monde des morts…  On notera que les doublages du jeu sont en français (et de qualité), et que les musiques, très mélancoliques et jouée au violon, collent très bien à l’ambiance sombre et pesante du jeu, le tout accompagné de graphismes qui, il faut bien l’avouer, font parti du haut du panier en matière de jeux PS VR ! On joue dans un internat parfaitement retranscrit, et on se plonge dans l’ambiance très rapidement.

 

Un jeu très répétitif

Si, comme moi, le thème des esprits et de leurs manifestations dans le monde des vivants ne vous passionne pas, sachez qu’en plus de cela, le jeu se trouve être très répétitif. La faute à l’emplacement où le jeu se déroule, cet internat où se trouve Yuliya. Et s’il y a bien des sauts dans le temps, le lieu reste le même, même si l’on change de lieu vers la fin du jeu… Encore faut-il arriver jusque là !

Vous pourrez croiser d’autres formes spectrales…

 

Et niveau jouabilité… On a droit à la bonne vieille méthode du “Tu pointes là ou tu veux aller et on s’y téléporte”. Une technique similaire à celle de Batman Arkham VR donc, évitant la cinétose au joueur. A noter quele jeu se joue uniquement au PS Move, bien que de mon côté je ne trouve pas cela forcément justifié car au final, la précision de nos gestes ont assez peu d’importance : on est globalement sur un Point & Click en VR…D’ailleurs, si les énigmes ne sont pas toujours très “naturelles” à mon sens (surtout qu’il n’y a qu’une seule et unique façon de les résoudres), il y a 2 éléments qui auraient pu apporter du piquant : Notre montre, permettant de voyager dans le temps et notre anneau du temps, permettant de transférer le temps d’un objet pour le transmettre à un autre. 2 superbes idées sur le papier, sauf qu’en pratique, ils ne se déclenchent que de façon scriptée, n’apportant donc strictement rien au gameplay général du jeu…

 

Une expérience assez courte

Plus qu’un jeu, Déraciné est une expérience vous mettant dans la peau d’une forme spectrale. On en vient donc à la durée de vie de cette expérience, qui se situe aux alentour de 5h. Une durée de vie acceptable pour une expérience VR, le problème étant plus situé au niveau du tarif auquel tout cela est proposé : Environ 30€ ! Difficile à justifier par rapport à la durée de jeu, et si la technique reste plutôt propre, et l’ambiance travaillée, le contenu du jeu, lui, peut vite faire virer cette balade à l’ennui…

L’ambiance du jeu est sombre et travaillée.

 

Verdict

Déraciné fait partie de ces jeux prometteurs sur le papier, mais qui, au final, propose une expérience qui ne fait ressortir aucune émotion. Sa narration, maladroite, nous empêche de nous attacher aux différents protagonistes du jeu. Pas de peur (à l’image de Resident Evil VI), pas d’amusement (à l’image d’Astro Bot), pas non plus de sentiment de tristesse… J’ai personnellement surtout ressenti l’ennui à travers cet internat désespérément vide. Et ce ne sont pas ses énigmes, loin d’être ingénieuses, qui a su me tenir en haleine. Au final, on se retrouve avec une expérience sympathique dans le domaine du surnaturelle, mais assez courte, vendue à un prix relativement élevé.

A voir aussi

VRrOOm Wechat