Montréal: Punchdrunk bouscule le théâtre avec la VR

Category: 
Montréal: Punchdrunk bouscule le théâtre avec la VR
16 Septembre, 2017

«Si le public s’habitue aux règles, changez-les » constitue sans doute la devise de Felix Barrett, le cofondateur et directeur artistique de Punchdrunk, que le Centre Phi recevra lundi. Depuis 2000, la compagnie londonienne multiplie les expérimentations théâtrales avec ce seul objectif en tête : détourner les attentes du public en modifiant les règles de la représentation. Joint par téléphone à New York, Barrett parle de sa volonté de déstabiliser chaque spectateur pour lui offrir une expérience individuelle unique relevant davantage des sens que de l’intellect.

 

Sans disqualifier les formes de théâtre plus traditionnelles, Barrett explique que Punchdrunk a été fondée il y a 16 ans sur le rejet des codes usuels de la représentation. « Pour nous, le théâtre était devenu en quelque sorte tellement prévisible, tellement formaté, que l’on en oubliait le spectateur. Nous avons voulu modifier la structure de pouvoir qui a cours dans la représentation entre la scène et la salle. Jusqu’à aujourd’hui, Punchdrunk s’est consacré à une série d’expériences qui visent à propulser le spectateur au coeur de l’action. »

 

La plus célèbre de celles-ci, de ce côté-ci de l’Atlantique du moins, est certainement Sleep no More. Nombreux sont les amateurs de théâtre montréalais à s’être rendus à New York dans les dernières années pour assister à cette atypique adaptation de Macbeth. Présenté sans interruption depuis 2011 à Chelsea, et à guichet fermé à Shanghai depuis décembre 2016, le spectacle connaît un succès retentissant. Et pour cause. Les oeuvres de Punchdrunk, développées avec une rigueur théâtrale évidente (et des budgets imposants), ont de quoi marquer les esprits.

 

C’est souvent en la convoquant dans des lieux non théâtraux que la compagnie décontenance le public. Car « si les spectateurs savent ce qui va se passer, alors il n’y a pas de tension ». Dès son arrivée devant un entrepôt désaffecté, encore imprégné d’un parfum d’illicite, le spectateur de Sleep no More est plongé dans une atmosphère onirique inquiétante. Il est libre de déambuler où bon lui semble dans cette maison hantée au décor sophistiqué, de s’infiltrer dans tous ses racoins, de toucher ses étranges objets et d’observer à sa guise les êtres qui l’habitent.

 

« Je crois que le mystère et l’inconnu sont très puissants, soutient le directeur artistique. L’état d’alerte qui est le nôtre quand on fait face à l’inconnu est très fort pour aborder un spectacle. Tous nos sens sont en feu. Pour nous, qui cherchons constamment à brouiller la frontière entre le réel et l’irréel, le mystère et l’inconnu représentent des outils très efficaces. »

Le seul point d’ancrage que Punchdrunk consent parfois à offrir au spectateur est celui de la fable. Parmi les classiques, en plus de Shakespeare, qu’elle a abordé plusieurs fois, la compagnie s’est penchée entre autres sur des textes de Goethe, d’Edgar Allan Poe, de Büchner et de Tchekhov. Mais malgré le repère que lui offrent les grandes figures du théâtre, « le spectateur a la sensation d’être perdu dans les méandres d’un monde inconnu et de devoir trouver son chemin dans le récit ».

 

Puisque, bien sûr, toute la dramaturgie de ces canons est soigneusement retravaillée, le texte cédant parfois la place aux images et aux corps. « Nous prenons un texte comme Macbeth et nous le déconstruisons dans le bâtiment en temps réel. Le public peut suivre n’importe quelle trame. Que fait-on alors avec les sorcières, par exemple, qui n’apparaissent que dans quelques scènes ? C’est là qu’il faut ouvrir la pièce et y injecter de nouveaux motifs. »

 

La technologie au service de l’expérience

 

Lundi, Felix Barrett sera à Montréal dans le cadre de la série En conversation du Centre Phi et parlera précisément de ces enjeux avec l’actrice, réalisatrice et metteuse en scène Brigitte Poupart. Punchdrunk présentera également à Phi à compter du 15 septembre une nouvelle oeuvre de réalité virtuelle. Enrobée d’une aura de mystère, Believe Your Eyes est une expérience multisensorielle de cinq minutes développée en partenariat avec Samsung.

 

Média de l’expérientiel par excellence, la réalité virtuelle commande ses propres conventions. Sa structure narrative réinventée et sa nature immersive et individuelle collent parfaitement à la démarche de Punchdrunk. De plus, victime de son succès, alors que doucement le public s’est habitué à ses règles, la compagnie déploie toutes ses ressources pour continuer à surprendre. « Nous sentons que la technologie est la voie à suivre pour repousser les limites de notre démarche. Nous avons fait une série d’expériences avec des jeux vidéo et des technologies numériques. Même avec la réalité virtuelle, nous avons la volonté de bousculer les règles et de proposer quelque chose que personne n’a expérimenté auparavant. »

A voir aussi

VRrOOm Wechat