Le jeu en VR qui sait quand il doit vous faire peur

Category: 
Le jeu en VR qui sait quand il doit vous faire peur
16 Juillet, 2018
Le jeu de réalité virtuelle « Bring to Light » s'adapte au rythme cardiaque du joueur.  Photo : Red Meat Games

 

Imaginez un jeu vidéo d'horreur qui peut deviner lorsque vous n'avez pas assez peur, et redoubler d'efforts à ce moment précis pour vous terroriser.

 

C’est ce que propose Bring to Light, un nouveau jeu de réalité virtuelle que vient de lancer Red Meat Games, une compagnie de jeux vidéo fondée à Saint-Jean de Terre-Neuve.

 

Dans Bring to Light, un jeu d'horreur que son concepteur dit inspiré par l'univers du célèbre auteur H. P. Lovecraft, le joueur est le seul survivant d’un horrible accident de métro. Il doit traverser de sombres tunnels et résoudre un mystère en utilisant les ombres et la lumière.

 

Le seul problème, c’est que les ombres semblent prendre vie.

 

Et elles savent quand vous avez peur.

 

Grâce à des moniteurs de fréquence cardiaque, le jeu vidéo peut mesurer quand vous êtes stressés, donc savoir quand il parvient à vous faire peur.

 

Si le joueur se sent un peu trop confortable, le jeu décèle son rythme cardiaque devenu plus régulier.

Keith Maske est le propriétaire de Red Meat Games, un studio fondé à Saint-Jean de Terre-Neuve.  Photo : Photo fournie par Keith Maske

 

« Et alors, il sait qu’il doit vous effrayer davantage ! », lance Keith Maske, le propriétaire de Red Meat Games.

 

Quand le rythme cardiaque du joueur est à la baisse, « c’est à ce moment que nous savons que nous pouvons augmenter les éléments glauques, vous faire faire des sauts, avoir des choses qui rampent et se faufilent, des portes qui bougent quand vous passez tout près », explique M. Maske.

 

« Ça aura très rapidement un effet sur votre rythme cardiaque », ajoute-t-il.

 

Bring to Light est le cinquième projet de réalité virtuelle réalisé par Red Meat Games. La compagnie fondée en 2013 à Terre-Neuve-et-Labrador est établie depuis 2015 en Ontario et a depuis ouvert un studio à Halifax en Nouvelle-Écosse.

Dans « Bring to Light », le joueur est un survivant d'un accident de métro.  Photo : Red Meat Games

 

Selon Keith Maske, ce recours aux données biométriques pour influencer l’expérience de jeu est une première pour un jeu vidéo.

Le jeu « Bring to Light » a été lancé un vendredi 13.  Photo : Red Meat Games

 

Red Meat a reçu l’aide de Judy Ehrentraut, une candidate au doctorat à l’Université de Waterloo qui étudie « la création d’organismes posthumains dans la réalité virtuelle et la réalité augmentée » à l’Institut des jeux (Games Institute), un centre de recherche multidisciplinaire de l’Université de Waterloo, en Ontario, qui se consacre aux jeux, aux technologies interactives et aux environnements immersifs.

 

« Nous nous sommes réellement penchés sur l’éthique du jeu avec un moniteur cardiaque pour nous assurer que le joueur demeure en sécurité », dit Keith Maske.

 

« Si le rythme cardiaque [du joueur] est trop élevé, personne ne voudra continuer cette expérience, c’est trop stressant », précise-t-il.

 

Autrement dit, si le coeur de la personne portant le casque de réalité virtuelle pompe trop fort, le niveau de terreur que le jeu inflige au joueur est immédiatement revu à la baisse, précise M. Maske.

 

On est gentils, on ne va pas vous laisser avoir une crise cardiaque.

Keith Maske, Red Meat Games

 

Keith Maske remarque que certaines personnes ne sont pas particulièrement effrayées lorsqu’elles jouent à des jeux vidéo d’horreur. Ces joueurs, souligne-t-il, semblent avoir la capacité de concentrer toute leur attention sur la résolution d’un problème dans le jeu, ou le progrès de leur aventure.

 

« Moi, je me retrouve en position fœtale et je pleure », plaisante-t-il. « En réalité virtuelle, c’est merveilleux, parce que même si je peux retirer le casque, je ne fais que fermer les yeux. Alors j’entends toujours ces choses horribles… »

Image tirée du jeu de réalité virtuelle « Bring to Light ».  Photo : Red Meat Games

 

Bring to Light a été lancé sur la plateforme Steam le 13 juillet dernier… un vendredi 13, bien sûr.

 

Le jeu est disponible pour le HTC Vive et l’Oculus Rift. Il peut aussi être joué sur PC, mais sans casque de réalité virtuelle pour le moment.

 

Le propriétaire de Red Meat Games espère que le jeu aura suffisamment de succès pour que Sony se montre éventuellement intéressé à le lancer pour le PlayStation VR.

A voir aussi

VRrOOm Wechat