Plongée à 360° au cœur d’une horde de requins

Category: 
Plongée à 360° au cœur d’une horde de requins
09 Juin, 2018

Pour le documentaire 700 Requins dans la nuit, diffusé sur Arte ce soir à 20 h 55, le biologiste marin et photographe Laurent Ballesta a lancé une expédition scientifique inédite au large de la Polynésie française.

 

Dans la passe de l’atoll Fakarava, l’ancien conseiller scientifique d’Ushuaïa nature a filmé avec des moyens exceptionnels la plus grande concentration de requins gris.

 

Un mois de préparation

La nuit de la pleine de lune de juin, dans l’étroite passe de l’atoll de Fakarava, dans l’archipel Tuamotu, en Polynésie française, l’inquiétant mur de 700 requins gris se déchaîne pour la grande chasse aux mérous, réunis pour leur ponte annuelle.

 

Déjà remarqué sur Arte avec ses documentaires, Le Cœlacanthe, plongée vers nos origines et Le Mystère mérou, Laurent Ballesta, ancien d’Ushuaïa nature et plongeur multirécompensé, a réuni scientifiques, acousticiens, reporters-plongeurs pour une nouvelle aventure hors norme : la capture en images de cette chasse furtive et violente, et leur expliquer en détail la préparation qu’elle a nécessitée. 

 

« Chaque expédition repose sur trois valeurs : un mystère scientifique, ici celui de l’organisation sociale des requins gris ; un défi de plongée, évident quand on évolue au milieu de 700 requins en chasse sans protection particulière et des images inédites. L’invention d’une arche sous-marine équipée de 32 caméras a permis de filmer en “bullet time shot” à la manière du film Matrix en figeant une action en 3D, la chorégraphie en spirales des requins en chasse », précise Laurent Ballesta.

 

Trois mille heures de plongée

Laurent Ballesta avoue avoir douté jusqu’au dernier moment, sans rien lâcher. Notamment en coproduction avec Vivien Lemaignan, des Gens Bien Productions, il a mis des mois à concevoir et à financer l’arche. Le film a nécessité trois mille heures de plongée, cinquante jours et cinquante nuits sur le qui-vive avec un cycle de sommeil de navigateur solitaire : « On ne se contente pas de filmer un fait exceptionnel, on se doit aussi de faire de l’exceptionnel ».

 

Des émetteurs posés sur 40 requins ; une caméra-espion sur l’aileron d’un individu ; 25 récepteurs dans la passe ; des appareils de captation des signaux sonores des proies et des caméras à très haute vitesse font partie du dispositif. Une expérience VR (réalité virtuelle) est disponible sur Arte360 (vidéo ci-dessus), et le film restera visible en replay soixante jours après sa diffusion, le 9 juin.

 

Attitude collective chez les requins

700 Requins dans la nuit permet d’observer le comportement collectif des requins gris, la coordination et la coopération des duos de rabatteur-profiteur, où la concurrence a toute sa place, et enfin la capacité humaine à s’insérer dans cet incroyable processus vital.

 

Pour ceux qui croyaient les poissons muets, une étonnante sonothèque se constitue en parallèle du film. « Les mérous sont moins vulnérables et les requins pas si redoutables qu’on le croyait, poussés par la nécessité de survivre, dans ce lieu d’exception où la pleine lune joue un rôle capital », conclut Laurent Ballesta, qui retournera en juin dans la passe récupérer les 25 récepteurs.

 

C’est d’ailleurs sa société Andromède Océanologie qui a permis la transplantation d’un herbier sous-marin de posidonies de 518 mètres carrés, au large de Monaco lors de grands travaux. À l’impossible Laurent Ballesta se tient.

 

700 Requins dans la nuit, ce soir à 20 h 55, Arte

A voir aussi

VRrOOm Wechat