Zuckerberg témoignera dans le procès aux 2 milliards de dollars

Category: 
Zuckerberg témoignera dans le procès aux 2 milliards de dollars
15 Janvier, 2017

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, va témoigner devant les tribunaux mardi 17 janvier dans le procès potentiellement très explosif, où l'on reproche à la société Oculus VR qu'il a acquis pour 2 milliards de dollars, d'avoir volé la technologie qui a fait son succès et créé le casque Oculus Rift.

Cette procédure a été initiée contre Facebook il y a plus de deux ans par la société de jeux Zenimax et se trouve à présent dans la phase de procès, lequel a débuté devant un jury d'un tribunal de Dallas le 9 Janvier 2017. Zenimax réclame 2 milliards de dollars en dommages et intérêts à l'encontre de Facebook, ce qui représente le montant initialement payé par le géant des réseaux sociaux pour l'acquisition d'Oculus VR en 2014.

Les représentants de Facebook et Zenimax ont confirmé au journal Business Insider que Mark Zuckerberg sera entendu mardi, suivi par Palmer Luckey, cofondateur d'Oculus VR plus tard dans la semaine. Le procès a commencé le 9 janvier et John Carmack, directeur d'Oculus et ancien employé de Zenimax, a été le premiers à témoigner le 10 janvier.

Facebook a tenté de faire valoir que Mark Zuckerberg ne devait pas avoir à répondre aux questions quant aux conditions d'acquisition d'Oculus, mais le juge a rejeté cette requête.

Le témoignage de Palmer Luckey sconstituera sa première apparition publique depuis qu'il a reconnu avoir secrètement financé un groupe politique anti-Hillary Clinton en septembre.

Au cœur de ce procès, l'on retrouve John Carmack, qui dirigeait une société de jeux vidéo au sein du groupe de Zenimax nommée Id Software, auteur de célèbres jeux vidéo comme «Doom» et «Quake».

Zenimax a accusé les dirigeants d'Oculus d'avoir sciemment volé ses logiciels et secrets commerciaux grâce à l'embauche de Carmack et de cinq employés d'id Software. La société demanderesse affirme que Carmack a violé le secret professionnel qu'il avait avec avec Zenimax en partageant des informations confidentielles, qu'Oculus a ensuite utilisées comme base de son logiciel VR.

L'avocat de Zenimax, Tony Sammi, a même appeler l'acquisition d'Oculus par Facebook "l'un des plus grands braquage de technologie jamais réalisé" lors de sa plaidoirie d'ouverture devant le jury ce 10 janvier.

Facebook affirme que les réclamations de Zenimax sont sans fondement, et que cette société Zenimax a seulement engagé ce procès attirée par les sommes énormes payées par Facebook pour acquérir Oculus, 2 milliards de dollars pour l'achat et un montant supplémentaire de 800 millions de dollars de primes salariales.

«Oculus et ses fondateurs ont investi beaucoup de temps et d'argent dans la technologie de réalité virtuelle, car ils pensent qu'elle peut fondamentalement transformer la manière dont les gens interagissent et communiquent», a déclaré un porte-parole d'Oculus à Business Insider. «Nous sommes déçus qu'une autre entreprise utilise des procès inutiles pour tenter de s'accaparer le mérite de l'invention de cette technologie dont elle n'avait ni la vision, l'expertise ou la volonté de s'y intéresser. »

Zuckerberg, Luckey, Iribe et d'autres employés clés d'Oculus, doivent témoigner pendant les trois semaines qui viennent. Ils seront interrogés sur les conditions dans lesquelles Facebook a acquis Oculus, sur celles de l'invention du casque Oculus Rift, et se penchera enfin sur la question de savoir si John Carmack violé son contrat de travail, et notamment de sa clause de non concurrence et de secret profession avec Zenimax. Avant ces témoignages, la plupart des avancements procéduraux de l'affaire ont été tenus secrets et sont restées sous scellés à la demande du tribunal.

A voir aussi

VRrOOm Wechat