Virtualis, pionnier de la VR thérapeutique

Category: 
Virtualis, pionnier de la VR thérapeutique
05 Juillet, 2018
Illustration : © Virtualis

 

Fondée en 2015 à Montpellier par le kiné Franck Assaban, Virtualis met à profit la réalité virtuelle pour améliorer la prise en charge par les professionnels de santé de la rééducation fonctionnelle, des troubles de l’équilibre et du mal des transports, mais aussi des phobies.

 

La réalité virtuelle, c’est révolutionnaire », assure Franck Assaban, kinésithérapeute créateur en mai 2015 de la start-up Virtualis à Montpellier. Ses solutions logicielles sont déjà utilisées par des centaines de professionnels de santé : kinés, centres de rééducation… « La réalité virtuelle permet de nombreuses stimulations sensorielles et aide le thérapeute à traiter le patient. » La gamme Virtualis porte sur la rééducation fonctionnelle, les troubles de l’équilibre, le mal des transports.

 

Virtualis a également imaginé des solutions pour les psychiatres et psychothérapeutes « sur une dizaine de phobies. « Nous finalisons un outil sur les phobies scolaires pathologiques, très handicapantes, qui reproduit une salle de classe. , explique le dirigeant. Pas à court d’idées, Virtualis travaille aussi sur une « plateforme d’évaluation et rééducation plus accessible que les équipements actuels, souvent très gros, très lourds et très chers ». Un projet qui bénéficie d’une aide régionale Pass Occitanie et devrait sortir en septembre.

Sur la photo : Franck Assaban, kinésithérapeute et fondateur de la start-up Virtualis.

 

Premier appel de fonds à l’automne 2018

Prix Innovations au dernier Congrès Kiné 3.0 fin 2017, Virtualis est installée à la pépinière Cap Alpha de la métropole de Montpellier à Clapiers. Un directeur des opérations et un responsable qualité viennent de rejoindre l’équipe de six personnes dont trois développeurs. Virtualis a déjà vendu dans une quinzaine de pays, à des distributeurs en Tunisie et au Royaume-Uni et engagé des négociations avec un groupe américain pour une distribution internationale. La start-up, en complet autofinancement jusqu’ici, devrait réaliser son premier appel de fonds en 2018. Franck Assaban a pitché fin mars aux rencontres Montpellier Capital risque.

 

« La société est rentable, nous avons engrangé 350.000 euros en dix-huit mois et il nous faut seulement rester compétitifs. La mariée est magnifique mais il faut lui faire une belle robe en accentuant la partie commerciale et marketing. J’espère boucler la levée de fonds à l’automne. » Si le kiné n’a pas encore endossé à 100 % le costume de l’entrepreneur - depuis avril, Virtualis occupe 60 % de son temps - il devrait « lâcher des créneaux peu à peu jusqu’à l’été » tout en restant convaincu que « ce sont les échanges avec les patients qui permettent de développer des solutions ergonomiques, sans clics inutiles ». 

A voir aussi

VRrOOm Wechat