Une arcade VR vient d'ouvrir à Mainvilliers

Category: 
Une arcade VR vient d'ouvrir à Mainvilliers
Page Facebook de Hiji Virtual Reality
 

C’est la dernière née de ses mains. L’entrepreneur eurélien Hatem Ammar a ouvert, fin février, Hiji Virtual Reality, à Mainvilliers.

 

Qu'est-ce que c'est ?

Le renouveau des salles d'arcades, comme certains surnomment les lieux. La réalité virtuelle a débarqué dans l'agglo de Chartres, à Mainvilliers plus précisément, le 26 février. Le propriétaire de la salle, Hatem Ammar, lui, l'a découverte il y a quelque temps à Dubaï. « Ce n'est pas que des jeux. C'est vraiment une expérience », souligne l'entrepreneur. En témoignent les thèmes proposés sur ses écrans : jeux de tir, ou d'horreur, mais aussi voyages, sports, plongée sous-marine…

 

L'idée d'ouvrir une salle de réalité virtuelle lui est venue l'année dernière. Le temps de faire son business plan pendant l'été et les travaux ont démarré à l'automne. Selon cet originaire de Dreux « il y a une vingtaine d'entreprises en France, mais ça augmente vite ». La concurrence ? « Ça fait partie du prévisionnel. »

 

Combien ça coûte ?

Pour un prix de 15 € pour une demi-heure ou 25 € pour une heure, le professionnel accompagne les clients dans la prise en main. « On ne veut pas que la personne soit frustrée parce qu'elle aura passé une demi-heure à chercher comment utiliser les manettes. »

 

Pour qui ?

Anniversaires, enterrements de vie de garçon, journées d'entreprise, entre amis ou en famille, l'activité se veut accessible à tous. « Le plus gros de ma clientèle, pour l'instant, ce sont les parents avec leurs enfants ou les bandes de potes », poursuit celui qui se définit comme « un geek ».

 

En Eure-et-Loir : "Marre de la dictature du "il faut aller à Paris"

Et s'il est venu s'installer à Mainvilliers, c'est « pour le faire près de chez moi et employer des jeunes d'Eure-et-Loir. » Il a pu s'appuyer sur l'expérience acquise avec ses deux autres sociétés. L'une de digital marketing, basée à Dreux. L'autre de visite virtuelle, elle aussi située à Mainvilliers.

 

« J'en avais marre de la dictature du "il faut aller à Paris" ». Pour s'installer, Hatem Ammar a pu compter sur l'aide de la mairie de Mainvilliers, notamment de Jacques Guillemet, conseiller municipal délégué à l'action économique de proximité. « Il m'a aidé pour les questions administratives relatives à l'ouverture d'un établissement recevant du public. »

 

Pourquoi pas chez soi ?

Le plus, selon lui : le fait que le site soit entièrement dédié à la réalité virtuelle. « Avec le casque, les manettes et les ordinateurs, il y en a pour 4.000 €. » Un budget difficile à suivre pour un particulier. L'espace, aussi, compte : 6 mâ par box, un minimum. « Vous pouvez avoir l'équipement dans votre salon, mais vous ne pourrez pas jouer à tous les jeux. »

 

Pour l'instant, l'établissement compte 250 mâ opérationnels : sept boxes et trois chambres pouvant accueillir trois personnes chacune. S'ajoutent à cela 150 mâ de bureaux à l'étage où travaillent trois développeurs d'applications à destination des entreprises.

 

Hatem Ammar a déjà quelques idées pour l'avenir. En plus d'une veille continuelle sur les prochaines applications à proposer, il teste de nouveaux équipements avant de les proposer à ses clients : casque sans fil, gilet haptique qui permet de ressentir, par des vibrations au niveau du buste, ce qui se passe à l'écran.

A voir aussi

VRrOOm Wechat