Tech For Planet, un événement de NUMA à Station F

Category: 
Tech For Planet, un événement de NUMA à Station F
13 Décembre, 2017

Numa présente ses start-up pour sauver la planète
 

L'accélérateur parisien s'est installé hier soir à Station F pour présenter les pépites Tech les plus prometteuses. Emmanuel Macron les a rencontrées en marge du « One Planet Summit ».

 

L'expérience est puissante. Grâce à la réalité virtuelle, New Reality Co. immerge les visiteurs de Station F dans la forêt tropicale. En dix minutes, ils se fondent dans la peau d'un arbre, immergés en pleine nature puis détruit par la déforestation.

 

Nous sommes lundi 11 décembre et Tech For Planet, organisé par Numa, vient de démarrer. Au lendemain de l'annonce par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, la Tech s'est décidée à réagir. En tête de ligne, l'accélérateur parisien Numa qui travaille régulièrement avec des start-up luttant contre la dégradation de l'environnement.

 

« Nous vivons un moment crucial et il ne faut surtout pas passer à côté des opportunités de coopération, résume Marie-Vorgan Le Barzic, à la tête de Numa. C'est l'occasion de mettre à l'honneur des acteurs et de leur permettre de contribuer à la réduction des émissions de CO2 qui mettent notre planète en danger. » En un mois, ses équipes ont étudié environ 600 start-up pour en retenir une trentaine.

 

La réalité virtuelle au secours de la forêt

Parmi elles, New Reality Co. donc. Une jeune pousse américaine dont la vocation est de créer de l'empathie à travers une expérience de réalité virtuelle. Pour l'instant itinérante, elle a fait l'ouverture du festival de cinéma de Sundance notamment, elle devrait bientôt se décliner auprès d'un plus large public.

 

« Nous voulions que vous ressentiez ce que vit un arbre, ce que veut dire être immergé en pleine nature, explique Winslow Turner Porter III, de New Reality Co. Nous avons choisi la réalité virtuelle à laquelle nous ajoutons des éléments sensoriels comme la chaleur, le vent, l'odorat et les vibrations. » Tree est le troisième film de la start-up qui s'est déjà attaquée au sujet de la guerre avec « Giant » notamment. Au-delà de la prise de conscience, la jeune pousse propose des solutions pour aider à stopper la déforestation via son site internet.

 

Autre exemple, avec L'Increvable.

Cette start-up fondée par Christopher Santerre et Julien Phedyaeff, deux designers industriels, veut lutter contre l'obsolescence programmée avec une machine à laver durable, réparable et évolutive. « Nous nous sommes inspirés du monde professionnel des laveries pour la robustesse et la fiabilité », explique Christopher Santerre à Emmanuel Macron qui lui rend visite sur son stand.

 

Toutes les pièces sont accessibles par l'avant de la machine qui se positionnera sur le haut de gamme lors de sa sortie. En plus du remplacement de certaines pièces plastique par de l'inox, les deux startuppeurs ont développé un logiciel capable de doser le volume de produit lavant nécessaire pour chaque cycle de lavage. Si la jeune pousse compte Dassault Systèmes parmi ses partenaires, le produit n'est qu'en phase de développement à ce stade. Christopher et Julien prévoient de se rendre au CES à Las Vegas en janvier prochain pour rencontrer des industriels leur permettant de créer un prototype et envisager des précommandes dès la fin 2018. L'Increvable n'a pas encore levé de fonds et compte d'abord s'appuyer sur une campagne de financement participatif pour évaluer l'appétence de son marché.

 

Réduire la consommation des avions

Openairlines, de son côté, est bien plus avancée. La pépite toulousaine est âgée de dix ans et compte déjà 25 compagnies aériennes parmi ses clients. Son produit ? Une application qui évalue la consommation du carburant lors d'un vol commercial.

 

La pépite s'adresse soit directement aux pilotes, soit aux compagnies. Dans le premier cas, elle peut recommander des usages pour faire baisser la consommation entre 2 et 5 %, « ce qui représente plusieurs millions d'euros d'économies par an », précise Alexandre Feray son fondateur. De quoi convaincre Emmanuel Macron que les start-up ont devancé son appel :

« Il en va de la responsabilité des entrepreneurs, des investisseurs et des chercheurs d'agir maintenant. »

A voir aussi

VRrOOm Wechat