Réalité augmentée : une technologie encore sous-exploitée

Category: 
Réalité augmentée : une technologie encore sous-exploitée
16 Novembre, 2016

Avec Pokemon Go, la réalité augmentée a trouvé un ambassadeur hors-pair. Mais qui prendra la suite du hit de Nintendo  ?

 

Pokémon Go a pris tout le monde par surprise. En quelques jours, Pikachu et sa bande ont pris d'assaut les smartphones et les gros titres. Rarement une technologie émergente aura bénéficié d'une telle tribune. Pourtant, la réalité augmentée - qui consiste à superposer à une scène de la vie réelle des informations ou des images virtuelles --tarde à faire son chemin jusque dans le grand public.

Force est de constater, quatre mois après la sortie du jeu, que les petits monstres colorés de Nintendo n'ont pas de concurrents ou d'équivalents sur nos téléphones. « A titre personnel, mon rêve est un jeu "Game of Thrones" où Westeros serait reconstitué sur Terre », expliquait un responsable de Niantic, l'éditeur de Pokémon Go, début juillet, au site spécialisé Gamespot .

Pas de nouvelles d'un tel jeu côté HBO depuis... Pas plus que Warner Bros n'a semblé réagir à la pétition en faveur d'un jeu en réalité augmentée sur le thème de Harry Potter.

Les studios de jeux vidéo affirment pourtant tous travailler sur le sujet. « Mais la technologie derrière est complexe. Niantic a travaillé dessus pendant des années, en lien étroit avec Google », explique un connaisseur du secteur. Difficile de se mettre à niveau rapidement. Et Niantic, qui compte 70 salariés et doit gérer le plus gros succès de l'histoire du jeu mobile, n'a sans doute pas la tête aux collaborations extérieures.

Pourtant, des projets sortent des cartons. Un ancien de Google vient de lever 2 millions de dollars avec sa start-up GoMeta. Celle-ci a récemment organisé plusieurs chasses au trésor en réalité augmentée et veut monter une plate-forme de création de jeux « à la Pokémon Go ». Father.io, un projet de jeu de tir en réalité augmentée qui repose sur un petit module laser à attacher à un smartphone, a reçu près de 425.000 dollars sur la plate-forme de financement participatif Indiegogo.

Encore plus ambitieux, CastAR, une start-up californienne fondée par deux anciens de Valve, a levé 15 millions de dollars l'an dernier et recruté des pointures chez Disney, Sony ou Google pour mettre au point des lunettes en réalité augmentée pour le jeu vidéo.

 

Et la chasse aux entreprises ?

 

Pokémon Go pourrait aussi être le catalyseur de l'utilisation de la réalité augmentée par les entreprises. Wikitude, Aurasma, Layar, Daqri... les prestataires sur le sujet sont nombreux - même si certains se font racheter par les géants de la tech, à l'instar de Metaio, passé sous le contrôle d'Apple l'an dernier.

Et le potentiel est énorme. « Aujourd'hui, l'utilisation se limite au domaine industriel. Les techniciens sont souvent munis de lunettes connectées », relève Thomas Husson de Forrester. « Au niveau du grand public, les marques ont tout à faire ». Certaines s'y sont essayées. L'Oréal ou Sephora par exemple, montrant l'effet d'un maquillage directement sur le visage filmé par un smartphone. Home Depot, pour avoir un aperçu d'une nouvelle peinture dans un appartement. Yelp, pour donner des informations sur les restaurants et bars aux alentours.

De plus en plus d'entreprises pourraient se laisser tenter. Pour les professionnels de la réalité augmentée, le mot d'ordre est le même que pour les chasseurs de Pokémon : « Capturez-les toutes ».

 

Father.io a reçu 425.000 dollars pour créer son jeu de tir

GoMeta veut démocratiser la création de jeu en réalité augmentée

A voir aussi

VRrOOm Wechat