PTC accélère dans la réalité augmentée

Category: 
PTC accélère dans la réalité augmentée
21 Juin, 2018

A sa conférence Liveworx 2018, PTC a réaffirmé ses ambitions en matière de réalité augmentée, un marché en forte croissance qui lui rapporte 20 millions de dollars par an. L'entreprise s'est notamment livrée à des démonstrations impressionnantes de technologies provenant de start-up dont elle a récemment fait l'acquisition.

PTC accélère dans la réalité augmentée, qui lui rapporte 20 millions par an, avec deux rachats de start-up. © Julien Bergounhoux

 

La réalité augmentée a été l'un des sujets les plus mis en avant par PTC lors de sa conférence Liveworx 2018. L'éditeur logiciel y a réaffirmé sa confiance en ce marché et a fait la démonstration de plusieurs nouvelles fonctionnalités de pointe résultant de l'acquisition de deux start-up.

 

UN BUSINESS DE 20 MILLIONS DE DOLLARS

Les efforts de PTC en matière d'AR sont incarnés par sa marque Vuforia, acquise en 2015 auprès de Qualcomm pour 65 millions de dollars. Pour autant, le Vuforia Engine (la partie rachetée à Qualcomm) ne représente plus aujourd'hui qu'une part minoritaire des revenus générés par l'AR pour PTC. Lors d'une session de questions-réponses, Jim Heppelmann, CEO de PTC, a révélé que Vuforia Studio et Vuforia View sont les produits qui rapportent le plus de ventes. Ces derniers étaient anciennement commercialisés sous la marque ThingWorx, mais PTC a récemment décidé de réunir toutes ses solutions AR sous la marque Vuforia afin de mieux séparer son offre AR de ce qu'elle propose en matière d'IoT.

 

Le dirigeant a également confié que la réalité augmentée représente un business de 20 millions de dollars de revenus par an pour PTC à l'heure actuelle, avec un taux de croissance de 100%. "Je suis très satisfait de ce business. Il est encore tôt, mais je n'échangerai notre place avec personne et pour rien au monde."

 

BEAUCOUP D'ENTREPRISES N'EN SONT ENCORE QU'AU STADE DU POC

Jim Heppelmann a aussi révélé que 6500 clients utilisent Vuforia dans un contexte industriel à l'heure actuelle, que 10 000 entreprises se sont inscrites au programme d'essai gratuit de Vuforia Studio, et que plus de 500 000 développeurs utilisent Vuforia pour créer des applications de réalité augmentée.

 

Si la plupart de ces clients n'en sont encore qu'au stade de la preuve de concept (on peut citer parmi les industriels français étudiant l'usage de Vuforia : Biomérieux, Volvo Trucks, Airbus Group ou Schneider Electric), tous les porte-paroles de PTC semblent s'accorder sur une chose : la question n'est pas de savoir si la réalité augmentée va devenir un enjeu critique, car c'est une certitude, mais plutôt de comment l'implémenter au mieux pour en tirer le plus de valeur.

 

Et les gains sont parfois très importants. Ryan Orwoll, qui dirige le développement de Vuforia studio, donne l'exemple de BAE Systems, qui a implémenté Vuforia et HoloLens pour former ses nouveaux techniciens. "Le coût de création des modules de formation n'est plus qu'un dixième de ce qu'il était auparavant pour eux, et la formation elle-même est entre 30 et 40% plus efficace." Et ce n'est pas un petit marché : les travailleurs "de terrain" sont 2,5 milliards à travers le monde… soit plus nombreux que les travailleurs de bureau.

 

CRÉER DES INSTRUCTIONS AR AUTOMATIQUEMENT EN EFFECTUANT UNE TÂCHE

Deux démonstrations impressionnantes ont eu lieu durant la keynote d'ouverture de Liveworx. La première provient de Waypoint Labs, une start-up née au MIT en 2016 que PTC a racheté discrètement il y a trois mois. Son application, Waypoint, sert à créer des instructions pour les travailleurs manuels (elle utilise un casque HoloLens). Jusqu'ici rien d'incroyable, mais elle le fait de manière très naturelle, par des commandes vocales, presque sans interruption dans la tâche qu'effectue le technicien qui crée les instructions. Une grande partie du workflow est gérée de façon complètement automatique, Waypoint éditant le son, la vidéo et les instructions tout seul en une première version que l'utilisateur peut ensuite affiner.

Le résultat peut être présenté sous forme d'instructions étape par étape dans un fichier Word ou un site web interactif, mais il peut surtout être utilisé avec HoloLens pour qu'un technicien novice puisse se former sur le tas (ou pour se rafraîchir la mémoire lors d'une intervention peu courante). Sur scène, l'exemple présenté était une opération de maintenance sur une machine d'analyse de sang Sysmex.

 

UNE INTERFACE POUR LES ÉQUIPEMENTS INDUSTRIELS QUI EN SONT DÉNUÉS

La seconde démonstration mettait en scène le logiciel Reality Editor de Reality Labs, une autre start-up née du MIT dont PTC a fait l'acquisition en novembre 2017. Il permet de relier des équipements connectés entre eux simplement en tirant un trait de l'un à l'autre, en réalité augmentée, sur l'écran d'un smartphone. L'application matérialise littéralement le numérique dans le monde réel et fournit ce faisant une interface utilisateur customisable à des appareils qui n'ont pas forcément d'écrans ou de système de contrôle physique. Toutes les données émanant des divers capteurs sont également accessibles. Clou du spectacle, la possibilité de déplacer un élément de l'interface AR depuis le smartphone vers un écran d'ordinateur et vice versa.

UN LANCEMENT COMMERCIAL D'ICI UN À DEUX ANS

À noter que ces deux applications sont encore à l'état de prototypes et ne sont pas commercialisées aujourd'hui. Les deux start-up forment une nouvelle entité au sein de PTC baptisée PTC Reality Lab (créée suite au rachat de Reality Labs en novembre), une sorte d'incubateur interne de technologies de réalité augmentée.

 

Varun Mani, l'un des trois cofondateurs de Waypoint Labs, nous a indiqué qu'il vise un lancement commercial pour la technologie Waypoint d'ici un à deux ans. Ils sont pour le moment à la recherche de clients-partenaires pour mettre en œuvre des pilotes, en plus des trois entreprises qu'ils ont déjà signés (deux fabricants de produits et une entreprise de biotechnologie). En plus de ces acquisitions de start-up, PTC vient de rejoindre le MIT Media Lab, l'un des plus prestigieux laboratoires interdisciplinaires au monde. L'objectif est là encore de défricher de nouveaux usages liés à la réalité augmentée.

 

TRACKING MULTI-OBJETS ET INTÉGRATION DE VUFORIA CHALK ET STUDIO

Outre ces prototypes, PTC a annoncé quelques nouveautés plus concrètes pour ses produits, dont notamment la disponibilité commerciale de Vuforia Chalk. De nouvelles fonctionnalités d'administration ont été ajoutées à cette version 2.0, avec par exemple une liste de contacts qu'il est possible d'appeler via Chalk au sein de son organisation. Une démonstration était faite sur le salon avec une voiture Mercedes. On notera cependant que l'application reste aujourd'hui très basique et loin de ce que propose Microsoft sur HoloLens avec Remote Assist par exemple. Cependant, une mise à jour prévue pour l'automne 2018 rendra Chalk compatible avec Vuforia Studio, ce qui pourrait rendre l'application plus intéressante.

Egalement prometteur : l'annonce que d'ici la fin de l'année, Vuforia Engine et Studio seront dotés d'un modèle de reconnaissance de formes avancé qui pourra reconnaître plusieurs objets en même temps et afficher de la réalité augmentée sur chacun d'entre eux (ils sont aujourd'hui limités à un seul objet).

 

VUFORIA COMPATIBLE AVEC LES LUNETTES VUZIX ET REALWEAR

Enfin, PTC a profité de Liveworx pour annoncer la compatibilité des logiciels Vuforia avec les appareils Vuzix et Realwear, en plus du casque Microsoft HoloLens qui était déjà intégré. Ces deux entreprises commercialisent des produits aux capacités plus limitées qu'HoloLens, mais qui suffisent pour certains cas d'usages spécifiques ou la 3D n'est pas requise. Jim Heppelmann a par ailleurs bien signifié durant sa keynote que Vuforia a vocation à être compatible avec un maximum d'équipements différents (plutôt que de seulement se limiter à HoloLens, par exemple).

A voir aussi

VRrOOm Wechat