Prix qui chutent : le public boude-t’il la VR ?

Category: 
Prix qui chutent : le public boude-t’il la VR ?
29 Août, 2017

Les casques de réalité virtuelle ont été une des vedettes de 2015 et 2016, grâce notamment à l'annonce de terminaux comme l'Oculus Rift et le HTC Vive. Depuis, l'enthousiasme est nettement retombé.

Il faut dire que ces casques ont au moins un sérieux inconvénient : leur prix. Pour tenter de lever les barrières à l'achat, les constructeurs s'efforcent donc ces derniers mois de réduire le coût. Facebook avec l'Oculus a été le premier à le faire, suivi depuis par HTC et à présent Sony.

Un petit geste, pas un cadeau

En octobre, lors de sa sortie, le PlayStation VR du Japonais faisait office de casque abordable à 500 dollars, moins que les respectivement 600 et 800 dollars de l'Oculus Rift et du HTC Vive. La donne a changé depuis, contraignant Sony à s'aligner. Par ailleurs, les ventes de casques PSVR auraient aussi nettement ralenti.

 

A compter du 1er septembre, le casque de Sony sera donc commercialisé au prix de 400 dollars, avec inclus désormais la PlayStation Camera. Cela signifie un ticket d'entrée inférieur de 60 dollars. Et pour inciter les consommateurs à compléter leur équipement, Sony propose également un pack comprenant les "manettes", soit une paire de PlayStation Move.

 

Le bundle complet est facturé 450 dollars. Le fabricant japonais épargne néanmoins ses marges en choisissant d'accorder des remises sur les périphériques - des produits neufs facturés généralement au prix fort.

 

Ces efforts commerciaux des trois constructeurs suffiront-ils à rendre la réalité virtuelle "accessible au plus grand nombre" comme le vante HTC ? Voir. Car le prix d'entrée ne se limite pas à l'acquisition du casque.

 

Le PlayStation VR nécessite pour son utilisation l'achat d'une PlayStation 4, soit entre 230 et 250 euros en France - sans compter le prix des contenus compatibles VR. Le HTC Vive et l'Oculus doivent quant à eux être connectés à un PC de bonne facture.

 

Casques de VR : des gadgets coûteux 

En clair, la réalité virtuelle reste un plaisir coûteux et semble pour le moment réservée aux joueurs, déjà équipés en PC performants et consoles de jeu. D'après des estimations d'IDC et Superdata, le casque de VR le plus vendu serait celui de Sony, qui profite de la popularité de la PS4.

Cela ne signifie pas pour autant que la firme japonaise ait atteint ses objectifs. En février, elle annonçait avoir livré 915.000 PlayStation VR. Elle n'a depuis plus communiqué sur ses ventes, ni ainsi annoncé avoir franchi le cap du million. 

 

En avril, le Wall Street Journal rapportait que Sony recherchait de nouveaux marchés pour le PSVR afin de réagir au ralentissement de ses ventes. Les modèles de casques combinés à des smartphones semblent plus populaires, à défaut d'être populaires. Moins chers, ils ne nécessitent pas l'achat d'un terminal en plus, les consommateurs étant en grande majorité déjà équipés d'un smartphone.

 

Pour autant, les clients ne choisissent pas un smartphone avec à l'esprit les solutions de réalité virtuelle compatibles. En sera-t-il toujours ainsi ? De nouvelles technologies se développent (IA, assistant personnel, VR…), et leur adoption devrait croître. Gartner estime cependant difficile pour le moment d'évaluer dans quelle mesure elles influeront sur les ventes.  

A voir aussi

VRrOOm Wechat