Pourquoi le patron d’Apple préfère l’AR à la VR

Category: 
Pourquoi le patron d’Apple préfère l’AR à la VR

Tim Cook, le DG d'Apple, était en France ce lundi 9 octobre 2017 pour rencontrer le président Emmanuel Macron et plusieurs startups de l'Hexagone

 

A cette occasion, il s'est aussi entretenu avec notre confrère Guillaume Grallet du Point et lui a confié une distinction fondamentale entre deux technologies qui pourraient devenir les prochaines grandes plateformes de communication — réalité augmentée et réalité virtuelle.

 

Tim Cook admet ainsi: "Je n'ai jamais accroché avec la réalité virtuelle parce qu'elle vous isole. Mais la réalité augmentée m'impressionne parce qu'elle permet d'appréhender le virtuel tout en restant dans le monde physique: elle augmente le monde physique. Donc vous pouvez avoir le meilleur des deux mondes."

 

Cette distinction n'est pas anodine car elle pourrait peser sur l'adoption rapide d'une technologie plutôt qu'une autre, alors que les géants de la tech Apple, Microsoft, Google, Amazon et Facebook se préparent à l'émergence d'une plateforme technologique susceptible de remplacer le smartphone.

 

Tous ces acteurs travaillent sur des gadgets qui permettent de s'affranchir d'un écran de smartphone et de l'utilisation de ses mains pour commander un ordinateur.

 

Apple a fait le pari de la réalité augmentée avec le lancement de ARKit, un kit de développement pour faciliter la création d'applis intégrant la réalité augmentée. Apple travaillerait apparemment déjà sur une paire de lunettes connectées.

 

Chez Google, où on a déjà expérimenté les Google Glass dans le passé, il existe un kit similaire dédié à la réalité augmentée, l'entreprise ayant lancé ARcore.

 

Microsoft, éditeur de HoloLens, estime de son côté que réussir dans la réalité virtuelle permettra de le faire en réalité augmentée — et vice versa. 

 

La stratégie se trouve aussi chez Facebook, qui a surpris le marché en rachetant Oculus VR, mais qui s'aventure aussi toujours dans la réalité augmentée, car elle reste plus simple et moins coûteuse à adopter par l'utilisateur.

 

Apple pourrait remporter le match en répliquant en réalité augmentée la stratégie qui a fait son succès mobile: quand Apple a lancé l'iPad, les consommateurs pouvaient installer des milliers d'applis car il était compatible avec toutes les applications de l'iPhone, commercialisé depuis trois ans. De la même manière, quand Apple lancera ses smartglass, les consommateurs pourraient télécharger d'emblée des applis de réalité augmentée car ce seront les mêmes que celles développées aujourd'hui avec ARkit. 

A voir aussi

VRrOOm Wechat