Partenariat franco-chinois pour Fontainebleau

Category: 
Partenariat franco-chinois pour Fontainebleau
03 Juillet, 2018
Fontainebleau, jeudi après-midi. Les touristes chinois représentent 6 % de la clientèle du château. LP/Sylvain Deleuze

 

Le château de Fontainebleau a signé un premier partenariat avec Baidu Baike, le « Google » chinois. Une façon d’attirer encore plus de touristes.

« Cette opportunité est un cadeau », résume Jean-François Hebert, le président de l’établissement public du Château de Fontainebleau. Dans la salle des colonnes du château, il a signé avec Baidu Baike, premier moteur de recherche sur l’Internet chinois. Ensemble ils ont créé la première plateforme « musée digital » en France mais la seconde hors de Chine.

 

Pour le château, cela représente une publicité incroyable. « Nous devrions avoir entre 5 à 10 millions de vues pour la première semaine », estime Wei Rong, la directrice principale de Baidu Baike qui revendique 400 millions de connexions quotidiennes sur le moteur de recherche.

 

Cette chance, la direction de château l’a saisie immédiatement. « Depuis 2015, les Chinois représentent 6 % de la fréquentation totale et 25 % des étrangers, rappelle Jean-François Hebert. L’équipe du personnel a d’ailleurs noué des contacts avec Wechat, une messagerie mobile, qui leur permet d’acheter des billets pour les visites depuis la Chine.

 

L’histoire avec ce pays ne remonte d’ailleurs pas à aujourd’hui. « Erable pourpre et blanche rosée » ou « merveilleuse eau de source », telle sont les traductions de Fontainebleau en chinois. « Cela vient directement de deux poètes chinois venus visiter le château au début du XXe siècle », explique Jean-François Hebert.

 

Autre atout, Napoléon, le Français le plus connu en Chine. Or il a souvent séjourné à Fontainebleau. Et tout cela sans compter les huit siècles d’occupation par des rois de France au château de Fontainebleau ce qui en fait, de facto, LE château français aux yeux des touristes étrangers.

 

Comme si cela n’était pas suffisant, le musée chinois et d’art asiatique dans le château de Fontainebleau attire énormément le public asiatique. Nous avons dû traduire les explications en chinois », ajoute le président. De nombreux panneaux indicatifs ont des explications en français, en anglais et en chinois.

 

La société Baidu Baike a lancé la plateforme « musée digital » en 2012 et a créé 235 visites virtuelles de sites chinois. Les équipes ont ainsi pris le château en photo sous toutes ses coutures pour que le visiteur puisse faire une visite virtuelle. « Dans un second temps, de la réalité augmentée sera proposée avec des explications données par des stars, explique Wei Rong qui souhaite : créer un pont entre le passé et le présent. »

 

Dans la cour d’honneur, les touristes chinois souvent protégés du soleil par des ombrelles se prennent en photographie au pied de l’escalier en fer à cheval. « Nous venons d’Italie et c’est très chouette d’être là », explique l’un d’eux, avant de demander où se trouve le musée chinois.

A voir aussi

VRrOOm Wechat