Les casques de VR pour smartphones voient grand

Category: 
Les casques de VR pour smartphones voient grand
06 Septembre, 2017

Loin des grandes annonces et des grands groupes du secteur, plusieurs fabricants de casques de réalité virtuelle, présents à l’IFA de Berlin, veulent marquer des points auprès du grand public.

 

Homido, Merge ou encore Zeiss : lorsque l'on parle de réalité virtuelle, ces marques sont inconnues pour le public européen. Avec les annonces récurrentes  d'Occulus,   HTC ou encore  Playstation, les Européens se sont habitués à voir la réalité virtuelle comme un marché de niche et ultra haut de gamme. A l'IFA de Berlin,  qui ferme ses portes ce mercredi, ces entreprises « outsiders » veulent changer la donne et proposer une alternative aux casques de réalité virtuels ultra médiatiques. 

 

Un prix très attractif

Pour séduire le grand public, le français Homido, l'américaine Merge VR ou l'allemand Zeiss misent d'abord sur un prix beaucoup plus bas que les casques des « gros fabricants ». Utilisant uniquement des lentilles et un réceptacle pour smartphones, ces casques économisent énormément en investissement en recherche et développement pour aller à l'essentiel : proposer une expérience immersive à l'utilisateur. 

 

Alors que les « gros » du secteur proposent leur produit à des prix très élevés (360 euros pour la Playstation VR, 590 euros pour l'Occulus Rift ou encore 650 euros pour l'HTC Vive), les fabricants rencontrés à l'IFA proposent des casques entre 69 et 100 euros. Zeiss monte légèrement plus haut avec un pack casque et télécommandes pour 199 euros. 

 

Si la qualité est bien souvent dépendante du smartphone utilisé, ces casques veulent se rapprocher de leur public et être « réellement » utilisé, alors que le marché de la réalité virtuelle augmente peine à décoller.

 

Un positionnement clair

Au niveau physique, Zeiss et Homido font le choix de lentilles performantes, le premier promettant de s'adapter à l'oeil de ses utilisateurs, quand le second mise plutôt sur l'adaptation à la taille de l'écran. Quant à Merge, le fabricant américain s'appuie sur un casque « confortable », résistant aux chocs. 

 

Pour se démarquer, ces entreprises adoptent un positionnement clair : le jeu haut de gamme pour Zeiss avec un partenariat avec Steam VR, l'éducatif pour Merge et Homido.

 

Ces trois entreprises sont parmi les premières à s'être lancées sur le secteur, entre 2014 et 2015, alors que d'autres comme Google et son Cardboard ou HTC sont arrivées plus tard. 

 

Cette expérience sur la durée leur a permis d'affiner leur positionnement. « On essaie d'apporter quelque chose, de raconter une histoire ou d'apprendre quelque chose », explique Romain Thomas, directeur des contenus chez Homido. 

 

« L'éducation a un potentiel inexploité : vous pouvez utiliser la réalité virtuelle pour découvrir, explorer et construire », complète Dan Worden, vice-président exécutif de Merge. 

 

Des innovations physiques et optiques

Au-delà du positionnement, Zeiss, Homido et Merge tentent de se distinguer par des innovations optiques et physiques. Merge a ainsi présenté son « Cube », un cube en mousse permettant d'utiliser de manière différente la réalité virtuelle. Avec un smartphone, une tablette ou un casque de réalité virtuelle, le Cube associé à une application permet aussi bien de faire des petits jeux que des programmes éducatifs. « Le Cube amène le monde digital dans la paume de votre main », décrit Dan Worden. 

 

Merge a ouvert aux développeurs la possibilité de créer des applications à partir du Cube, avec l'objectif de construire un réseau d'applications familiales. Avec près de 2 millions d'unités déjà vendues aux Etats-Unis et au Canada, son arrivée en Europe au premier trimestre 2018 devrait faire du bruit. 

 

Objectif : démocratiser la réalité virtuelle

Du côté optique, on trouve Zeiss et Homido. Ce dernier, basé à Lille, a développé un casque permettant d'afficher pour n'importe quel écran un champ de vision (aussi appelé FOV pour Field of View) maximal. « Sur le papier, plus le FOV est grand, mieux c'est car c'est censé être plus joli. Mais en fait, si le FOV excède la taille de l'écran, on obtient l'effet inverse : on n'a plus l'impression d'être dans l'image, on a l'impression d'être devant », avertit Romain Thomas. 

 

Chez Zeiss, on insiste plutôt sur la valeur de champ de vision, à 100°. L'ambition du constructeur allemand, réputé pour avoir inventé le microscope et qui équipe certains fabricants de smartphones en objectifs photo, se situe plutôt dans les lentilles elles-mêmes : sans besoin de les ajuster, elles s'adaptent aux pupilles de l'utilisateur. 

 

Si la réalité virtuelle est pour l'instant une course technologique menée par les gros acteurs, Zeiss, Homido et Merge n'ont pas dit leur dernier mot. Avec 600.000 casques vendus depuis octobre 2014, Homido se rapproche de leur objectif commun : démocratiser la réalité virtuelle.

A voir aussi

VRrOOm Wechat