Iteca présente "Digital Twin" à VivaTech

Category: 
Iteca présente "Digital Twin" à VivaTech
Avec la plateforme SmartUpp, d'Iteca, l'intelligence artificielle présente la même information à plusieurs utilisateurs en temps réel quel que soit le support employé : casque, smartphone... (Crédits : Iteca)

 

Iteca montre les muscles. Spécialisée dans les solutions logicielles destinées à augmenter les performances industrielles via l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle et la réalité augmentée, la pépite d’Angoulême a été invitée par Hennessy à partager un stand sur VivaTech. Iteca y présentera le "jumeau numérique" qu’elle a déployé sur 26.000 m2 pour le compte de la maison de cognac Hennessy.

 

Lors du salon européen de l'innovation VivaTech, qui va débuter à Paris, Hennessy (groupe LVMH) accueillera Iteca dans un pavillon dédié à l'expérience de son Digital Twin, "jumeau numérique" déployé sur le nouveau site d'embouteillage et de conditionnement de la maison de cognac, 26.000 m2 et 100 M€ investis dans la zone de Pont Neuf près de Cognac. Le but : faire découvrir aux visiteurs une véritable "usine virtuelle" démonstrateur créé grâce à la réalité virtuelle. Yaël Assouline, président cofondatrice d'Iteca et Marc Sorin, directeur des opérations de la maison Hennessy, appuieront la démonstration par une conférence le 25 mai.

 

"Le Digital Twin ou jumeau numérique, c'est en somme la modélisation d'un processus. C'est Matrix !", illustre Marc Bagur, directeur usine du futur d'Iteca. "Avec ce jumeau numérique il suffit de mettre par exemple un casque de réalité virtuelle et de toucher une manette pour voir en temps réel quelle sera la conséquence de ce geste sur le fonctionnement d'un robot, de la chaîne de production voire de l'usine dans son ensemble."

 

Le Digital Twin mis en place a permis, après création de la maquette numérique des 26.000 m2 et à la modélisation de flux de production, aux équipes d'Hennessy de se familiariser avec leur futur environnement de travail et aux nouveaux outils, "avant même que la première pierre de l'usine soit posée", précise Marc Bagur. "LVMH avait une réelle volonté de ne laisser personne sur le côté et d'impliquer tous ses salariés, tout en revendiquant une exigence forte. Nous avons pu pousser loin l'open innovation et la co-conception."

 

En pointe sur le "jumeau numérique"

Les sous-traitants de l'usine et fournisseurs ont également pu bénéficier de formations spécifiques à partir du "jumeau numérique", permettant par exemple à un chauffeur livreur qui arrive de l'autre bout de l'Europe de savoir où aller et quoi faire en arrivant sur site. Les pompiers et la gendarmerie ont également pu mieux préparer les procédures d'intervention, etc. Le tout dans une démarche d'amélioration continue appuyée sur la visualisation en 3D aussi simple et efficace qu'un smartphone.

 

En s'appuyant sur la plateforme d'intelligence artificielle collectant et traitant les données en temps réels, capable de traiter plus de 300.000 paramètres à la seconde, Hennessy va continuer à s'appuyer sur ce "jumeau numérique" au moment de démultiplier les moyens de production de sa nouvelle usine, afin de tester différentes hypothèses et plusieurs scénarios, de mesurer les conséquences en temps réel et donc de choisir le projet le plus adapté.

Le Digital Twin est une version virtuelle et connectée de l'usine réelle, où les salariés peuvent se former, les managers tester les conséquences de différents scénarios... (crédit Iteca)

 

"Ce Digital Twin a été pour nous celui de tous les records. Nous avons dépassé nos attentes de résultats en matière d'objectifs d'amélioration continue et d'excellence opérationnelle. Il n'est pas impossible que d'autres bénéfices apparaissent encore à plus long terme à mesure que nous décloisonnerons les solutions et diffuserons à l'ensemble du groupe ces nouveaux vecteurs de performance", juge de son côté Marc Sorin, directeur des opérations d'Hennessy.

 

Deux fées et deux options pour l'avenir

Créée au début de l'année 2015, Iteca a vu "deux fées se pencher sur son berceau", selon l'expression de Marc Bagur : SolidAnim, aux compétences réputées en matière d'image et de divertissement, et SpirOps, laboratoire privé de recherche en intelligence artificielle. Les deux sociétés sont associées à Iteca, qui s'appuie notamment sur leur R&D et leurs solutions "maison".

 

Iteca a consacré ses 2 premières années à tester ses projets sous la forme de proof of concept (POC) chez des clients industriels, en s'appuyant sur 3 piliers technologiques : l'intelligence artificielle décisionnelle, mise en œuvre grâce à de la collecte et au traitement de données en temps réel, la réalité augmentée et la réalité virtuelle. Depuis 2017, elle est engagée dans un déploiement complet et a séduit plusieurs clients industriels dans le luxe, l'aérospatial, l'énergie...

 

"Tous peuvent témoigner d'un véritable retour sur investissement. Sur ces sujets, la plupart des acteurs font du marketing ou en sont encore aux POC : nous avons dépassé ce stade et déployé nos solutions sur des sites auprès d'industriels qui peuvent témoigner d'un vrai retour sur investissement. Nous devrions annoncer de gros contrats dans les semaines et mois qui viennent", complète Marc Bagur.

 

Le stade de startup semble désormais derrière la société (11 personnes en interne), concentrée "sur la révolutions des usages dans les usines plus que sur celle des technologies" et qui est désormais à l'heure des choix pour grandir plus vite et maintenir son avance. Deux options se présentent à elles : intégrer un grand groupe, les propositions ne manquant pas, ou lever des fonds. A ce jour rien n'est tranché.

A voir aussi

VRrOOm Wechat