Forte baisse des levées de fonds des startups VR en début d’année… pas de panique

Category: 
Forte baisse des levées de fonds des startups VR en début d’année… pas de panique

Une forte baisse des levées de fonds des startups VR. C’est ce que montrent les derniers chiffres sur les investissements dévoilés par Crunchbase. Un montant divisé par 5 entre le premier trimestre 2016 et les premiers mois de 2017. Après plusieurs années enthousiastes et un cru 2016 qui semblait enfin marquer l’an 1 de la réalité virtuelle, est-ce un coup d’arrêt ?

Une baisse des levées de fonds des startups VR et AR impressionnante…à modérer

« Les chiffres ne mentent pas » selon feu un ancien ministre de Georges Pompidou. Si l’adage n’est pas à prendre au pied de la lettre et que lesdits chiffres nécessitent une analyse, les données brutes ont un sens.

Ainsi, on ne peut nier le spectaculaire recul des capitaux investis sur les startups VR et AR au cours du premier trimestre 2017.  Le montant des fonds levés est donc tombé à 200 millions de dollars entre janvier et mars 2017 contre plus d’ 1 milliard sur le même période un an auparavant. Les chiffres présentés par le site d’information collaboratif montrent même que ce trimestre est de loin le plus décevant depuis plus d’un an en termes de financement.

Cependant, un examen plus approfondi révèle que 800 millions des investissements sur Q1 2016 étaient dus à une seule opération. La levée alors effectuée par Magic Leap (sur un total de 4,5 milliards) est en effet la plus importante jamais observée dans les secteurs de l’AR et la VR.

Cette opération exceptionnelle réalisée par le spécialiste de la mixed reality ne doit cependant pas cacher la tendance baissière observée depuis plusieurs mois et trimestres consécutifs. Un enseignement certainement plus préoccupant et significatif qu’une simple baisse des levées de fonds des startups VR.

Moins d’argent, moins d’acteurs, plus de qualité ?

Le second tableau ci-dessous montre que le nombre d’accords de financement baisse également. Mais dans des proportions bien moindres que les sommes investies.

L’écart entre le nombre de start-ups ayant réussi à convaincre les investisseurs est moins important que la baisse des sommes réunies. Cela implique donc que les levées de fonds des startups VR sont en moyenne plus faibles. Notons que Crunchbase n’a retenu que les contrats de plus de 100 000 dollars.

Exactement, 26 accords ont été conclus avec autant de sociétés début 2017 contre 43 deals concernant 29 entreprises pour Q1 2016. Ce qui signifierait qu‘il est non seulement plus difficile d’obtenir un investissement mais qu’il devient quasi impossible de lever des fonds auprès de plusieurs sources. Pas sûr.

Sur le premier trimestre 2016, la moyenne était de 36,2 millions de dollars par société (24,4 pour chaque accord) . Un montant tombé à 7,7 millions en 2017. Si l’on exclut le deal de Magic Leap, on obtient 5,9 millions par opération et 8,9 millions par start-up financée sur Q1 2016.

Nous retrouvons donc des chiffres très proches, ce qui peut être interprété comme un signe de stabilisation.

Vers une consolidation du secteur ?

L’engouement pour les réalités mixte, virtuelle et augmentée est toujours présent. L’évolution des investissements dans ces domaines montre en fait un début de maturité du marchéL’arrivée ou le renforcement d’acteurs majeurs (Facebook, HP, Apple…), qui développent eux-mêmes leurs produits et applications peut expliquer un recul des financements des structures les plus petites. Ce qui implique une baisse des levées de fonds des start-ups concernées.

On sait de toutes manières que ce sont eux qui vont continuer à soutenir les start-ups, en espérant récupérer le fruit des avancées de ces dernières.

La confiance étant l’un des nerfs de la guerre des capital ventures, rappelons également que l’argent ne fait pas forcément le bonheur. Comme en témoignent les difficultés de Magic Leap à concrétiser les attentes de ses actionnaires et du grand public. Un malaise qui n’est pas fait pour rassurer les futurs investisseurs. Pas plus d’ailleurs que les inquiétudes que pourrait faire naître le temps que met Facebook à nous présenter une nouveauté qui justifierait enfin les 2,4 milliards utilisés pour acquérir Oculus il y a déjà 3 ans…

De plus, les résultats toujours décevants des ventes d’équipements, notamment les casques de réalité virtuelle, peuvent également expliquer en partie ce rafraîchissement des investisseurs. Un passage obligé pour un secteur encore jeune et dont les enjeux restent à cerner.

Passé la phase de hype et l’émerveillement des utilisateurs néophytes, il faut que les acteurs donnent une cohérence à leurs développements. Et répondre à une question qui revient souvent chez les professionnels : la VR, d’accord, mais pour quoi faire ? Pour continuer enfin à attirer le public et surtout convaincre ceux qui tiennent les cordons de la bourse. Ces derniers ne se contentant que rarement de retours sur investissements virtuels…

A voir aussi

VRrOOm Wechat