Decathlon et BMR s'essaient à la réalité virtuelle avec Valtech

Category: 
Decathlon et BMR s'essaient à la réalité virtuelle avec Valtech
18 Janvier, 2017

Et si la réalité virtuelle permettait d'augmenter le volume des ventes des magasins où l'espace est limité ? Et si la réalité virtuelle permettait, aussi, de mieux accompagner les clients dans leurs choix épineux de décoration pour augmenter les taux de conversion ? C'est le pari qu'ont fait Décathlon, avec une application de camping virtuel, et BMR, avec une application de rénovation virtuelle. Pour cela, les deux enseignes ont fait appel aux équipes canadiennes de Valtech, que nous avons rencontrées à l'occasion du Retail's Big Show.

Le soleil brille, les oiseaux chantent… Installée dans ma tente, je contemple un panorama à couper le souffle. Un instant plus tard, j’observe un ciel étoilé dans un calme complet. Pourtant, je suis bien loin du camping sauvage au beau milieu des montagnes. Je me trouve en plein cœur de New York, et plus précisément dans les locaux de Valtech, situés à deux pas de la High Line, l’ancienne voie de chemin de fer réhabilitée en promenade verte.

 

A l’occasion du Retail’s Big show, le rendez-vous mondial de l’industrie du retail qui s’est tenu du 15 au 17 janvier dernier, l’agence digitale a déployé un laboratoire d’innovation éphémère pour présenter les derniers projets qu’elle co-développe avec ses clients du monde de la distribution. Au menu : nouveau système de beacons (balises sans fil) pour les boutiques, capteur de mouvements intégrés dans des chaussures de sport, assistant vocal pour applications bancaires, mais aussi (et surtout) deux expériences en réalité virtuelle particulièrement bluffantes.

 

CONTEXTUALISER L'OBJET VIRTUEL

Le premier projet a été réalisé pour Décathlon, qui dans certains points de vente ne dispose pas de la surface nécessaire pour exposer tous ses différents modèles de tente. L’idée est donc de proposer aux clients du magasin de découvrir l’intégralité de la gamme à travers une expérience très immersive.

"Ce qui compte c’est le contexte", assure Jean-François Tremblay, chef pratique de la réalité virtuelle et augmentée chez Valtech Canada. "Si la tente flotte en l’air, le client ne peut pas se plonger dans l’expérience", poursuit-il. Le spécialiste, qui compte plus d'une dizaine d’années d’expérience dans le monde du jeu vidéo, a donc décliné son expertise à l’univers du retail. "Désormais, je place la fonction avant la fiction"

SE FAUFILER DANS UNE TENTE DE CAMPING

Après avoir enfilé un casque HTC Vive sur la tête, l’utilisateur se retrouve plongé dans un univers virtuel (un paysage désertique, une forêt ou des montagnes), dont le niveau de qualité laisse une impression de scène réelle. Grâce à une technique de photogrammétrie, les équipes ont reproduit avec une très grande exactitude les différentes tentes. Chacune est déployée en taille réelle dans le monde virtuel et le client peut l'observer sous toutes les coutures en se déplaçant physiquement dans l'espace de démonstration.

Le contrôleur du Vive permet aussi à l’utilisateur de se déplacer plus loin, d’admirer le paysage où la tente a été plantée, de tourner autour d’elle, ou encore de se positionner devant son ouverture. A ce moment précis, l’utilisateur a réellement le sentiment de devoir se baisser pour pouvoir se faufiler à l’intérieur. C’est d’ailleurs ce qu’il fait naturellement. "Grâce à ce test virtuel, le client peut, par exemple, réaliser qu’il a finalement besoin d’un modèle plus grand", témoigne Damien Lefebvre, co-président de Valtech Canada. "Le dispositif est déjà déployé dans le magasin Wagram, à Paris", se félicite-t-il.

 

VÉRIFIER SES CHOIX DE DÉCORATION

Fort de ce premier succès, les équipes canadiennes de Valtech planchent sur un projet similaire avec BMR, l’équivalent d’un Leroy Merlin ou d’un Castorama au Québec. Ici, la démonstration vise à aider le client dans ses choix de décoration. Le projet, encore à l’état de pilote, repose également sur le casque Vive de HTC. Cette fois-ci, l’utilisateur se retrouve dans une cuisine ouverte sur un salon. Il peut déambuler dans la pièce à vivre et le contrôleur lui permet de viser différentes surfaces.

Si un rond vert apparaît, cela signifie que la surface est interactive. L’utilisateur peut alors faire défiler toutes les propositions et voir le rendu. Sol, peinture, crédence, plan de travail… Rien n’a été oublié et tous ces paramètres peuvent être modifiés dans le showroom virtuel. "Tous les choix effectués par le client pendant la session de réalité virtuelle sont enregistrés, puis lui sont envoyés par e-mail, indique Damien Lefebvre. Le système est également connecté au CMS (content management system, ndlr) de l’enseigne afin que chaque mise à jour de références ou de prix soit synchronisée dans l’application de réalité virtuelle".

FAIRE ÉVOLUER LE RÔLE DE L'EXPERT

Selon Jean-François Tremblay, ce genre d’expérience va également contribuer à changer le rôle du vendeur : "On imagine, par exemple, que l’expert aura une tablette pour pousser une sélection de couleurs au client, qui ne s'y connaît pas forcément en association de coloris. Il sera là pour affiner les derniers éléments et permettra de réduire le risque d’erreur", estime-t-il.

A voir aussi

VRrOOm Wechat