Avec l’AR et l’AI, Magpi accompagne les touristes

Category: 
Avec l’AR et l’AI, Magpi accompagne les touristes
18 Juillet, 2017

Magicpi, une start-up australienne, utilise des assistants virtuels – couplant réalité augmentée et intelligence artificielle – pour assister les touristes étrangers dans les lieux publics.

Créée en 2013, Magicpi a développé une application mobile qui prend forme d’un assistant virtuel fournissant des informations contextuelles aux touristes venant visiter un lieu particulier.

 

Vendue en B2B2C aux musées sous forme de tablette accompagnée d’une application, la solution permet aux visiteurs étrangers de s’approprier le lieu, comme nous l’annonce Robin Hao, CEO de Magicpi :

« Notre solution enrichit les expériences des touristes, par exemple lorsqu’ils se rendent dans les musées. Elle permet aux touristes étrangers de découvrir le lieu dans leurs propres langues et d’accéder à des informations de manière privilégiée ».

 

Fournie gratuitement sous forme de kiosque intelligent aux communautés, Magicpi s’intègre également dans les programmes smart cities des villes comme bornes d’indications intelligentes.

 

Un assistant virtuel pour les musées

Lorsqu’il ouvre l’application mobile de Magicpi, l’utilisateur voit apparaitre un avatar qui répond à toutes les questions qu’il peut avoir.

L’utilisation des APIs des géants du net permet à l’avatar de Magicpi de comprendre et parler le langage naturel. La réalité augmentée permet aux utilisateurs de scanner un élément en face d’eux pour obtenir plus d’informations contextuelles.

 

Ainsi en scannant un tableau ou un objet dans un musée, ils peuvent le voir s’animer ou bien obtenir plus d’information sur la vie de l’artiste. Une carte leur permet également de se localiser dans le musée visité.

 

Avec sa solution, Magicpi propose aux musées d’attirer plus de touristes étrangers en améliorant l’expérience de la visite par des informations fournies contextuellement et dans leur propre langue. Un programme de gamification leur permet d’apprécier le lieu visité.

Des achats dans l’application (produits de substitution liés au site visité) permettent également aux musées de s’approprier une nouvelle source de revenu.

Une forme, permettant aux utilisateurs de s’enregistrer pour une expérience encore plus personnalisée, offre la possibilité aux musées d’obtenir des données précieuses sur leurs visiteurs et ainsi adapter leurs campagnes marketings.

 

Le kiosque intelligent des Smart Cities

Fournie gratuitement sous forme de kiosque intelligent aux communautés, la solution de Magicpi se positionne auprès des communautés comme une borne d’information interactive et contextuelle. Sur ce marché, Magicpi souhaite tirer ses revenus grâce à la publicité mise sur la borne.

Avec ce kiosque, Magicpi promet aux communautés d’informer ses citoyens et, plus important, de favoriser le commerce local en en faisant la publicité.

Prochaines étapes

Magicpi est actuellement en recherche de grands clients pour répliquer l’initiative lancée au musée de l’ACMI [ Australian Centre for the Moving Image] afin de diffuser l’innovation après d’autres musées.

Du côté de la solution de kiosque intelligent, Magicpi est en discussion avec des communautés pour s’intégrer dans leurs programmes smart cities.

Une fois l’innovation de Magicpi diffusée, Robin Hao nous déclare qu’il souhaite se baser sur le succès B2B2C pour lancer une plateforme d’information contextuelle de référence adressée directement au grand public, en B2C donc.

 

En conclusion :

Le positionnement de Magicpi, auprès des musées et des Smart Cities est intéressant. La valeur ajoutée, l’amélioration de l’expérience et les nouvelles sources de revenus, est bien réelle. En revanche, le problème adressé reste peu spécifique et concret, ce qui rend la valeur perçue par l’utilisateur final un peu floue.

Va-t-il prendre le temps d’installer l’application ? La qualité des avatars et modèles 3D dans l’application, ainsi que la gamification apportée par la solution, peuvent être des éléments de réponses qui poussent vers l’affirmative.

 

Soulignons le choix du Business Model auprès des communautés, qui est intéressant. La gratuité d’une solution Hardware qui tire sa profitabilité des revenus publicitaires est intéressante. La valeur apportée aux communautés, informer et favoriser le commerce local, est bien réelle. Reste à voir si les coûts liés à l’entretien et à l’installation des bornes, positionnées en environnement difficile (extérieur, accessible à tout individu), n’exploseront pas.

A voir aussi

VRrOOm Wechat