"Attention intelligences !" Une expo pour expérimenter l’AI

Category: 
"Attention intelligences !" Une expo pour expérimenter l’AI

Une exposition à découvrir du 18 mai au 2 août 2018 au Maif Social Club, Le Lieu à Paris (entrée libre). Exposition imaginée et élaborée par l’Atelier Arts Sciences / Hexagone Scène Nationale Arts Sciences.

 

Depuis plus de deux ans l’Atelier Arts Sciences, lors du salon EXPERIMENTA aborde la question de l’Intelligence Artificielle. Aujourd’hui le Maif Social Club, le lieu à Paris lui a passé commande d’une exposition autour de ce sujet d’actualité !

 

Partant du fait que les fantasmes autour de l’Intelligence Artificielle sont nombreux et laissent imaginer que l’Homme est « en train de » ou « pourra être remplacé » par des machines qui deviennent de plus en plus « intelligente », l’Atelier a voulu questionner cela car outre le fait que c’est erroné, c’est également dangereux. L’intelligence artificielle n’est rien d’autre que de l’Informatique Avancée. De l’Informatique Avancée imaginée, programmée et pilotée par des humains.

Alors l’Atelier Arts Sciences a œuvré pour réaliser une exposition qui parle d’intelligence, de l’intelligence humaine. On a voulu comprendre comment se construisaient nos intelligences et un mot est naturellement apparu : l’attention. Car s’il y a bien quelque chose qui nous différencie des machines c’est notre capacité d’attention. D’attention à nous-mêmes, aux autres, à notre environnement, au monde. La manière avec laquelle nous sommes attentifs participe à faire évoluer notre pensée et nos manières d’être intelligents.

 

C’est d’autant plus crucial d’attirer l’attention sur « l’attention » que les GAFA  fondent leur modèle économique sur la captation de notre attention.

 

Notre attention est une ressource. Comme toute ressource elle est limitée et donc exploitée par d’autres. Tout est bon pour capter notre attention, analyser nos données, nos clics. Plus nous passerons du temps sur tel ou tel site, plus ils penseront comprendre ce qui nous intéresse et ce dont nous avons envie. Et plus ils pourront passer du temps à nous envahir avec ce qu’ils croient attirer notre attention.

 

Aussi, à travers l’expérimentation de huit œuvres d’artistes nous invitons, à l’heure de l’Intelligence Artificielle, à explorer la manière dont nos attentions participent à construire nos intelligences et à discuter cette construction.

 

1/Je suis impacté par les liens que je tisse avec mon environnement, comment en prendre conscience ?

 Le Soleidoscope (2018) de Yann Nguema, rappelle un objet que l’on connaît, le kaléidoscope. Utilisé ici comme un miroir, vous verrez votre portrait imbriqué à celui d’une dizaine d’autres individus donnant un être protéiforme. L’artiste vous propose également de plonger à l’intérieur de votre propre corps avec l’installation interactive Anato-me (2018) : grâce à un dispositif d’écrans, vous créez, par la position de votre buste face à l’oeuvre, un reflet virtuel synthétisé à l’aide d’une base de données médicales.

 

L’artiste utilise cette base de données scientifiques pour produire de l’art et de la poésie : vous reconnaîtrez- vous ? Mouvement inverse, l’oeuvre Fresque # 2 (2018) de Lionel Palun vous reconnaît-elle ? Elle se met en mouvement selon le regard que vous lui portez.

 

Ma capacité d’attention est limitée : comment mon rapport aux machines travaille-t-il ces limites ? L’oeuvre du photographe Jean Frémiot, Sous le socle du monde (2013), questionne la manière avec laquelle votre rapport aux machines transforme votre attention au monde. Et comment ces machines se connectent-elles au monde, de leur côté. Et quand les machines vous regardent, que se passe-t-il ? C’est la question que nous nous sommes posés devant l’oeuvre de Nicolas Gourault et Antoine Chapon, Faces in the mist (2017) : un programme de reconnaissance faciale utilisé à contre-emploi qui vous montrera les limites de cet exercice.

2/ Suis-je attentionné quand je suis attentif ?

Être attentif, c’est aussi être attentionné. Mais alors, l’attention que vous donnez à vos machines signifie-t-elle que vous prenez soin d’elles ? Frédéric Deslias vous invite à manipuler Ƭi (2018) qui réagira en fonction de l’attention que vous lui portez. Si vous êtes attentionné à l’égard des machines, l’oeuvre Artefact, AI-Kô (2017) du Théâtre Nouvelle Génération de Joris Mathieu vous plongera dans un monde d’anticipation où il est fait l’hypothèse que les humains ont disparu.   

 

3/Alors, qu’advient-il des artefacts ?

Que serait une machine qui, plutôt que d’imiter la pensée des hommes, travaillerait à la soutenir dans son exercice ? Lucie Conjard, THEORIZ Studio et Frédéric Ravatin ont tenté d’y répondre en imaginant une oeuvre, point de rencontre de toutes les autres. Katapsukè – Traverser le miroir est un dispositif associant réalité virtuelle et oeuvre collaborative, pour vous accompagner dans la sortie de l’exposition et accueillir les pensées de toutes sortes qu’auront suscité en vous les œuvres expérimentées.

A voir aussi

VRrOOm Wechat